Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : un blog sur le giallo, ce genre particulier du cinéma Italien ainsi que sur les genres s'en rapprochant: le Krimi, le Poliziotto, le slasher movie
  • Contact

Recherche

29 octobre 2007 1 29 /10 /octobre /2007 08:30
postetv12.jpg



G
iallo :d’origine Italienne, le mot désigne la couleur  jaune. Car contrairement en France où noir rime avec polar (on parle de « Films noirs », on lit les « Séries noires ») , de l’autre coté des Alpes, c’est le jaune qui est depuis longtemps la couleur de référence du genre « policier ». Cela débuta en fait un peu avant les années 1930, quand un éditeur inaugura une collection de livres dits « de gare », essentiellement des romans policiers en format de poche  (principalement les livres d’Edgar Wallace) et dont la couverture jaune donna rapidement son nom à cette collection bon marché qui connût d’emblée un énorme succès auprès d’une clientèle avide d’intrigues policières pleines de suspense, de rebondissements et surtout de crimes bien sanglants…
Le giallo, tout du moins littéraire, venait de faire son apparition..
1er-giallo-litteraire.JPG
Le cinéma italien mettra quand à lui curieusement plus d’une trentaine d’années pour donner naissance au « polar sauce tomate » (c’est à dire le thriller horrifique) que l’on appellera rapidement lui aussi Giallo. C’est le réalisateur Mario Bava quilança le genre en 1963 avec son film « La Ragazza che sapeva troppo » ("La fille qui en savait trop"),  s’inspirant d’un type de films policiers à la mode en Allemagne, les «Krimis », dont les intrigues policières particulièrement  tarabiscotées étaient directement puisées dans la littérature du grand Edgar Wallace (le roi de la fameuse collection « giallo »). 
ragazza-che-sapeva-troppo-copie-1.jpg
Mario Bava fut suivit frileusement pendant quelques années par une poignée de réalisateurs désirant faire évoluer le film policier , mais c’est Dario Argento avec son premier film « L’Uccello dalle piume di cristallo»  ("L'oiseau au plumage de cristal") qui lancera définitivement le genre en lui donnant non seulement ses lettres de noblesses mais aussi en établissant les différents codes qui permettront désormais au spectateur de reconnaître du premier coup d’œil un véritable giallo, 
uccello-dalle-piume-di-cristallo--aff5-copie-1.jpg
Associé souvent à la série B (films à petits budget avec des vedettes de second plan, voir quasiment inconnues), le giallo connaîtra son heure de gloire dans les années 70, puis un certain déclin dans les années 80, pour connaître  véritablement son chant du cygne dans les années 90, l’arrivée du film d’horreur dit "gore" (de la simple sauce tomate on passa directement à la sauce « bolognaise », avec morceaux de viandes hachées et tout et tout…), enterrant vivant alors le genre encore agonisant. Il est intéressant de constater que si Mario Bava  fut le père du Giallo, c’est son fils Lamberto qui a carrément assassiné le genre. Car en réalisant ses films, plus mauvais les uns que les autres, Lamberto Bava n’a pas fait que tuer le temps ou ses pauvres spectateurs (morts d’ennui en général avant la fin de la première bobine), il a aussi poignardé dans le dos le genre en détruisant systématiquement les uns après les autres les codes mis en place par ses augustes pères Mario, Dario, Alberto, Umberto, et tous les autres . Très Freudien tout cela me direz vous mais c’est hélas la triste vérité…Une vérité tout à fait giallesque….

un lien pour visionner clip video fait de plusieurs bandes annonces de giallis
http://www.youtube.com/watch?v=806Z9ScatmU&feature=related

Partager cet article

Repost 0
Published by djordj
commenter cet article

commentaires