Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : un blog sur le giallo, ce genre particulier du cinéma Italien ainsi que sur les genres s'en rapprochant: le Krimi, le Poliziotto, le slasher movie
  • Contact

Recherche

6 novembre 2007 2 06 /11 /novembre /2007 17:28
Premiers balbutiements du giallo
 ragazza-che-sapeva-troppo-copie-1.jpg ragazzaposter.jpggirlwhoknewtoomuch-aff1-copie-1.jpg
La Ragazza che sapeva troppo
(La fille qui en savait trop) 
1963, réalisé par Mario Bava (Italie), avec Leticia Roman (Nora Davis), John Saxon (Docteur Marcello Bassi), Valentina Cortese (Laura Craven-Torrani), Titti Tormaino (Inspecteur de police), Luigi Bonos (Albergo Stelletta), Milo Quesada (De Vico / Paccini), Chana Coubert (Ethel Windell Batocci). Nora Davis, jeune américaine d’une vingtaine d’années arrive à Rome par le vol 208 en provenance de New York. A son bord, elle a fait la connaissance de son voisin, un play-boy nommé Pacini, qui lui proposa un paquet de cigarette. A la douane, cependant, l’homme est arrêté pour trafic de drogue. Nora se rend chez une vieille amie de sa famille, Madame Wignal, chez qui elle doit résider. Elle y est accueillit par le médecin traitant de la vieille dame, le docteur Bassi, car la Madame Wignal est malade du cœur et ne peut plus se déplacer. D’ailleurs, Nora a pour consigne d’ administrer à sa patiente un médicament cardiotonique au cas ou son état s‘aggraverait durant la nuit. Ce qui est le cas et Madame Wignal décède sans que Nora, affolée, ne puisse faire grand chose. Dans l’impossibilité de joindre par téléphone l’hôpital, la jeune femme décide alors de s’y rendre à pied. Mais, arrivée sur la Piazza di Spagnia, elle est agressée par un voyou qui lui dérobe son sac à main après l’avoir assommée. A son réveil, Nora assiste à une scène de meurtre. Hélas personne ne veut la croire, car non seulement la police ne retrouve pas de cadavres, mais, aux dires de celle-ci, la jeune femme semble avoir lue trop de romans policiers… Heureusement pour elle, le docteur Basi, qui a le béguin pour elle, va l'aider à démasquer le coupable.
 girlwhoknewtoomuch-01.jpg girlwhoknewtoomuch-02-copie-1.jpg
ragazza-que-sapeva-troppo-31.jpg ragazza-que-sapeva-troppo.jpg

Aux dires des spécialistes du genre, « La ragazza che sapeva troppo » (« La fille qui en savait trop », admirez au passage la fine allusion à Alfred Hitchcock) aurait donc l’honneur d’être LE premier film du genre cinématographique appelé dès lors « le Giallo », c’est à dire le meurtre à l’Italienne. Jusqu’alors les maîtres du genre « policier » étaient américains et régnait sur ce que l’on appelait alors le « film noir ». Les Italiens allaient donc lui faire changer non seulement de couleur (le noir devenant jaune) mais aussi de codes (les meurtres allaient devenir bien plus sanglants, les victimes bien plus sexy, les meurtriers bien plus sadiques, les intrigues bien plus compliquées). Ce n’est pas pour rien en tout cas que l’héroïne, Nora Davis (la première du genre) est une fanatique de Mickey Spillane et même si le film ne verse encore ni dans l ‘érotisme torride ni dans le meurtre sanguinolent qui feront plus tard sa renommée, il n’en reste pas moins un véritable petit chef d’œuvre de suspens, mêlant à la fois mystère et humour, comme seul Alfred Hitchcock savait le faire jusqu’alors. 
girlwhoknewtoomuch-13.jpg girlwhoknewtoomuch-10.jpg
On est loin, certes, des délires esthétiques dont usera et abusera plus tard Dario Argento, des futures intrigues alambiquées d’Umberto Lenzi, des polars psychologiques de Luccio Fulci ou des horreurs sanguinolentes de Lamberto Bava (indigne rejeton du cinéaste qui enterrera hélas aussi vite le genre que son père mis de temps à le créer). A mi-chemin entre le néo-réalisme italien, (qui vivait la ses dernières heures) et le film gore (qui fera les beaux jours du cinéma bis Italien dans les années 80 et ou s’illustrèrent nombre de réalisateurs issus du giallo) , « La ragazza che sapeva troppo » demeure à jamais la chrysalide de ce genre nommé "Le Giallo".
102787.jpg
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Tietie007 14/09/2010 12:24


...D'ailleurs, cette femme qui en savait trop est, pour moi, nettement meilleure que l'homme, d'Hitchcock, qui a pris un méchant coup de vieux !


Tietie007 14/09/2010 12:22


Excellent thriller, que j'ai en dvd, et dont je m'étonne qu'il soit resté dans l'ombre aussi longtemps ...Le cinéma italien des années 60 avaient une créativité unique, qui fut pourtant peu
apprécié par les critiques de la Nouvelle Vague, par exemple, plus aimantés par le cinéma américain ...