Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : un blog sur le giallo, ce genre particulier du cinéma Italien ainsi que sur les genres s'en rapprochant: le Krimi, le Poliziotto, le slasher movie
  • Contact

Recherche

25 novembre 2007 7 25 /11 /novembre /2007 18:18
2e époque : « Sur le fil du rasoir ». (suite)
copdjc.jpg omicidio-per-voccazione-music.jpg omicidio-per-voccazione-aff1.JPG
Omicidio per vocazione (Homicide par vocation) 1968, réalisé par Vittorio Sindoni, (Italie) avec Tom Drake (Inspecteur Gréville), Femi Benussi (Simone), Ernesto Golli (Jeannot), Valeria Giangottini (Colette), Giovanna Lenzi (Rosalie). Oscar Monod est retrouvé écrasé par un train. Etant donné qu’il était garde barrière à la SNCF, la police conclut à un accident de travail. A la lecture de son testament, ses trois filles découvrent que non seulement le vieil homme était très riche (revente d’actions), mais qu’il leur avait caché l’existence de Jeannot, un jeunot un peu simplet, qu’Oscar Monod avait adopté vers la fin de ses jours et à qui il lègue aussi une partie de sa fortune. Fortune que tout le monde touchera en quatre parts égales à la majorité du dit Jeannot, ce qui n’arrange personne, vu que ces charmantes demoiselles ont toutes besoin d’argent très rapidement… Il ne leur faudra pas attendre très longtemps puisque peu de temps après la lecture, le corps du jeune homme est retrouvé lui aussi sans vie près d’une voie de chemin de fer. Suicide, accident ? La police s’empare du dossier d’autant plus rapidement que d’autres meurtres commencent à endeuiller ce charmant petit village français qui était jusqu’alors si paisible…
Omicidio-per-Vocazione-15.jpg Omicidio-per-Vocazione-17.jpg Omicidio-per-Vocazione-19.jpg Omicidio-per-Vocazione-18.jpg Omicidio-per-Vocazione-20.jpg Omicidio-per-Vocazione-16.jpg
Nous sommes encore aux débuts du genre et ce giallo ressemble plus à un « krimi » qu’à un véritable film du genre. Un mort, une histoire d'héritage, un héritier qui débarque comme un cheveux sur la soupe et qui se fait occire.. On se croitait vraiment dans un roman d'Edgard Wallace.Les meurtres sont peu violents et l’on se croirait même parfois dans un épisode de « Derrik » tellement l’action semble particulièrement lente. Heureusement que, de temps en temps, le scénariste fait preuve d’un peu d’imagination et relance l’histoire avec quelques rebondissements assez inattendus . L’occasion nous est donné de voir quelques acteurs et actrices qui feront leurs preuves quelques années plus tard dans le même registre, notamment la belle Femi Benussi. Le film, sortit en Italie sous le titre de « L’Assassino ha le mani pulite » ne laissera pas un énorme souvenir dans la mémoire des amateurs du genre...

Partager cet article

Repost 0

commentaires