Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : un blog sur le giallo, ce genre particulier du cinéma Italien ainsi que sur les genres s'en rapprochant: le Krimi, le Poliziotto, le slasher movie
  • Contact

Recherche

24 décembre 2007 1 24 /12 /décembre /2007 10:30
2è époque: "Sur le fil du rasoir" (suite)
aff1.jpgaff2.jpg aff3.jpg 
Paranoïa (A quiet place to kill)
1970 réalisé par Umberto Lenzi avec Carroll Baker (Hèlène), Jean Sorel (Maurice Sauvage), Constance (Anna Proclemer), Marina Coffa (Susan), Alberto Dalbes (le docteur Harry Webb). Hélène, championne de courses automobiles a failli périr dans un accident. Son médecin lui ayant prescrit une cure de repos (autre qu’éternel), elle emménage chez Maurice, son ex-mari, qui possède une somptueuse villa au bord de la mer. Maurice est remarié, mais ne semble plus trop s’entendre avec Constance, sa nouvelle femme, qui s’en confie à Hélène (pour qui elle semble avoir le béguin.. !). Elle lui avoue aussi qu’elle est au courant qu’Hélène avait faillit tuer Maurice en lui tirant dessus quelques années auparavant et qu’elle aussi aimerait bien le tuer. Elles complotent donc toutes les deux la mort de Maurice, mais finalement c’est Constance qui est tuée par ce dernier qui depuis le début avait manipulé Hélène pour en arriver la ! Lors de l’enterrement de Constance, surgit alors Susan, la fille de Constance, qui accuse Hélène d’avoir tué sa mère… 
Paranoia--A-Quiet-Place-to-Kill-18.jpg Paranoia--A-Quiet-Place-to-Kill-2.jpg Paranoia--A-Quiet-Place-to-Kill-3.jpg undefined undefined undefined
Soyons franc, au départ on a l’impression de se retrouver au cœur d’un roman-photo (genre ou débuta Marina Coffa d'ailleurs) digne des belles années de « Nous deux »  On se surprend même à chercher au générique si le nom de Barbara Cartland n’est pas mentionné pour le scénario. Et pourtant, au fur et à mesure que le film se déroule, la magie opère. Carroll Baker, telle une héroïne hitchcockienne, est excellente dans ce double rôle de garce-victime qui ne voit rien venir de la sombre machination orchestrée contre elle (et ce n’est pas son vieux copain J&B qui va pouvoir l’aider) Jean Sorel, plus machiavélique que jamais, nous montre à quel point son talent est grand et à quel point, malheureusement, les cinéastes français n’ont jamais su l’exploiter ! Même si ce film n’est pas, loin s’en faut, le meilleur d’ Umberto Lenzi, il n’en demeure pas moins un giallo très agréable à regarder. Ne pas le confondre cependant avec « Orgasmo), toujours d’Umberto Lenzi, avec aussi Carroll Baker, qui sortit aussi aux USA sous le titre « Paranoïa ». 
Num--riser0001.jpg "Paranoia" existe en DVD (italien)
sans véritables bonus hélas.

Partager cet article

Repost 0

commentaires