Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : un blog sur le giallo, ce genre particulier du cinéma Italien ainsi que sur les genres s'en rapprochant: le Krimi, le Poliziotto, le slasher movie
  • Contact

Recherche

4 janvier 2008 5 04 /01 /janvier /2008 20:58
fond-noir111-modifi---1.jpg
Marisa Mell est certainement l’une des plus belles de toutes les Giallo-Queens qui hantèrent, hantent et hanteront encore longtemps les rêves obscurs de nos nuits blanches. Née Marliès Therès Moitzi (d’où sa passion pour le roquefort ?) le 24 février 1939 à Graz (d’où sa beauté ?) en Autriche, elle incarne à merveille l’archétype même des Stars de séries B italiennes. Elle débuta dès 1959 dans divers petits rôles sans grandes importances, mais un accident de voiture, en France, faillit bien mettre fin prématurément à sa jeune carrière. En effet, à la suite d’un retournement de situation indépendant de sa volonté, elle resta plus de six heures dans le coma des mortels, failli bien perdre l’oeil droit (et devenir pupille de la nation ?) et eut à subir pendant plus de deux années régulièrement plusieurs opérations de chirurgie plastique. Résultat, à part peut être un léger défaut à la commissure des lèvres, tout est absolument parfait et nul ne pourrait soupçonner qu’elle faillit ressembler un jour à Anthony Queen dans « Notre-Dame de Paris" (un vrai miracle !). Ebloui certainement par le résultat, Mario Monicelli la propulse dans les bras de Marcello Mastroianni dans « Casanova 70 » (à ne pas confondre avec "Casanova and C°" tourné en 1977 ou elle joue aussi). 
Casanova-20-70-20-B-.jpg511QT85PTGL--AA240-.jpg
Le succès ne se fait pas attendre et Marisa devient une véritable légende vivante. En 1968, Mario Bava fait d’elle la compagne du sulfureux « Diabolik », héros très populaire de ces bandes dessinées transalpines pour adultes communément appelés « Fumetti ».  
evakant-lontanodkz.jpg 9891482-2323feda23.jpg
C’est écrit et définitivement entériné, Marisa Mell sera désormais promu au rang mondial de Miss Fantasme N°1 et entamera dès l’année suivante sa carrière giallesque dans le très sulfureux « Una Sull’altra » ("Perversion story") de Lucio Fulci. Ce dernier ne faisant pas les choses à moitié, c’est un double rôle qu’il offre à la belle Marisa,  ceux d'une épouse frigide (la brune) et  d'une strip-teaseuse (la blonde) qui se partagent les faveurs du même homme, le très (mâle) chanceux Jean Sorel. Les réalisateurs de giallis trouveront certainement l’idée très bonne (deux pour le prix d’une), puisque dans deux autres gialli, Marisa jouera à chaque fois le rôle de sœurs jumelles, ce qui est d'autant plus étonnant qu'elle avait peu auparavant refusé de jouer dans "Les demoiselles de Rocquefort", voyant là une insulte à son nom... Moitzi ! On suit un peu, quoi!. 
perv1.jpg perv-story06.jpg perv-story04.jpg
Ainsi en 1971, dans "... dopo di che, uccide il maschio e lo divorca (Marta),, endosse t’elle pour José Antonio Nieves Condé la double perruque de Pilar et Marta qui cette fois ci donnent du fil à retordre au très fade Stephen Boyd. 
undefinedmarta-pic-2.jpg
Et en 1972, Umberto Lenzi lui fait encore le coup des jumelles dans son très jouissif "Sette orchidee macchiate di rosso", (" Le tueur à l’orchidée »), ou elle se fait carrément massacrer à coup de perceuse électrique (ce qui donnera des idées à Brian de Palma, qui reprendra la scène à plus grande échelle pour son film « Body Double ». 
7-orchids11.jpg Sette-orchidee-macchiate-di-rosso-17.jpg
La même année, elle tombe amoureuse de Stephen Boyd, Fernando et... Sylva Koscina dans le très troublant "Nel buio del terrore" , toujours de l'espagnol José Antonio Nieves Condé.
undefinedundefined
Très populaire, la belle Marisa tournera encore beaucoup de séries B italiennes en vedette pendant une bonne dizaine d’années, puis, subitement n’obtiendra plus que des rôles alimentaires de seconde zone dans des séries télé françaises (« Sam et Sally » avec Georges Descrières et Nicole Calfan) ou allemandes. Elle mourut dans la pauvreté, en 1992, suite à un cancer de la gorge. Sale fin pour un si joli brin de fille.

Partager cet article

Repost 0
Published by djordj - dans giallo queens
commenter cet article

commentaires