Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : un blog sur le giallo, ce genre particulier du cinéma Italien ainsi que sur les genres s'en rapprochant: le Krimi, le Poliziotto, le slasher movie
  • Contact

Recherche

6 janvier 2008 7 06 /01 /janvier /2008 23:34
 3è époque: l'âge d'or (suite).
giornata-nera-per-l-ariete-aff2.jpg Giornata-nera-per-l-ariete-affiche-5.jpg Giornata-nera-per-l-ariete-affiche-11.jpg  Giornata-nera-per-l-ariete-affiche-13.jpg Giornata-nera-per-l-ariete-affiche-12.jpg Giornata-nera-per-l-ariete-affiche-10.jpg
Giornata nera per l’ariete (Journée noire pour un bélier) 1970 réalisé par Luigi Bazzoni (Italie) avec Franco Nero (Andrea Bild), Silvia Monti (Helène), Wolfang Preiss (Inspecteur de police), Ira von Furstendberg (Isabel Lancia), Edmund Purdom (Edouard Vermont), Rosella Falk (Sophia Bini), Renato Romano (Docteur Richard Bini), Agostina Belli (Giuilia).Au lendemain du nouvel an, plusieurs personnes meurent assassinées. Près du corps de chacune d’entre elle, l’assassin abandonne un gant en cuir. Pour la première victime, il manquait un doigt au gant. Pour la seconde, deux doigts. Quand au troisième, il manque carrément trois doigts. Le point commun entre les victimes : toutes étaient présentes à la même soirée de réveillon. Andréa Bild, journaliste sur le déclin, présent lui aussi à la soirée, mène alors sa propre enquête et découvre plusieurs points communs entre les victime: toutes sont nées sous le signe du bélier et toutes ont été tuées un mardi. 
Giornata-nera-per-l-ariete-361.jpg Giornata-nera-per-l-ariete-71.jpg Giornata-nera-per-l-ariete-391.jpg Giornata-nera-per-l-ariete-611.jpg Giornata-nera-per-l-ariete-311.jpg Giornata-nera-per-l-ariete-421.jpg
Giornata-nera-per-l-ariete-451.jpg Giornata-nera-per-l-ariete-affiche-8.jpg Giornata-nera-per-l-ariete-affiche-9.jpg Giornata-nera-per-l-ariete-affiche-japonaise-1.jpg
 « Giornata nera per l’ariete » est un pur petit bijou de giallo qui ravira les amateurs du genre. Une histoire tarabiscotée à souhait avec meurtres à foison (même s’ils ne sont pas très sanglants), magnifiquement filmés (notamment la mort de la femme infirme au début) et parfois même assez terrifiants (la tentative d’assassinat du marmot à la fin), une photographie magnifique (que l’on doit au grand chef opérateur Vittorio Storaro, qui filma aussi « Novencento » de B.Bertolucci et « Apocalypse now » de F.FCopola), une musique Ennio Morriconesque et un catsing éblouissant (Franco Nero, Agostina Belli, Ira von Furstendberg entre autres), sont autant de gages de qualité qui permettent de savourer pleinement ce giallo méconnu. On pardonnera donc bien volontiers les quelques incohérences du scénario ainsi que la fin assez surprenante et quelque peu homophobe (ce qui à l'époque était monnaie courante dans l'univers du giallo hélas!) pour ne garder en mémoire que les purs moments de suspense et de terreur que nous offre Luigi Bazzoni.
 Num--riser0004-copie-1.jpgLa version sortie en DVD chez Blue Underground (version anglaise seulement) est agrémenté d’une interview de 16 minutes de Franco Nero et de Vittorio Storaro. La qualité de l’image et celle du son de la copie sont excellentes.

Partager cet article

Repost 0

commentaires