Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : un blog sur le giallo, ce genre particulier du cinéma Italien ainsi que sur les genres s'en rapprochant: le Krimi, le Poliziotto, le slasher movie
  • Contact

Recherche

28 janvier 2008 1 28 /01 /janvier /2008 08:03
3è époque: l'âge d'or (suite)
Reazione-a-catena--aff.jpg reazione-a-catena-dvd.jpg rac-dvd.jpgreazione-a-catena-aff3.jpg Reazione-a-catena--aff2.jpg reazione-a-catena-aff111.jpgreazione-a-catena-vhs04.jpg
Réazione a catena (La Baie sanglante), 1971, réalisé par Mario Bava (Italie), avec :Claudine Auger (Renata), Luigi Pistilli (Albert), Claudio Camaso (Simon), Anna Maria Rosati (Laura), Chris Avram (Frank Ventura), Leopoldo Trieste (Paolo Fossati), Laura Betti (Anna Fossati), Brigitte Skay (Brunhilda, la jeune hippie qui se baigne), Isa Miranda ( La comtesse Federica Donati), Paola Montenero (Denise, l’autre jeune hippie), Guido Boccaccini (Duke, le hippie tué par la serpe), Roberto Bonanni (Robert), Giovanni Nuvoletti  (Le comte Filippo Donati), Renato Cestié (Le fils de Renata et Albert), Nicoletta Elmi (La fille de Renata et Albert). La vieille comtesse Frederica Donati, qui est paraplégique, est « suicidée » par son mari, qui meurt à son tour, poignardé par un mystérieux assassin. La mort de la comtesse arrange bien les affaires de sa belle fille, Renata, et, de son mari Albert qui aimeraient bien vendre les terrains qui bordent la baie à un promoteur immobilier peu scrupuleux décidé à en faire une station balnéaire dernier cri (une de celles ou des grands requins blancs, des calamars géants et autres piranhas affamés viennent bouffer tout cru des blondasses décolorés qui on eut le malheur de venir tremper leurs fessiers potelés et leurs jambes pleines de varices dans ses eaux troubles ?). Deux couples de jeunes hippies en goguette vont eux aussi périr sous les coups d’un mystérieux assassin (le même ?). Puis ce sera le tour de chacun des habitants de la baie de connaître un sort similaire.
 Capturer8-copie-3.JPGCapturer7.JPGCapturer9.JPGCapturer20.JPGCapturer23.JPGCapturer25-copie-1.JPGCapturer27.JPGreazione-a-catena-10.jpgCapturer36.JPGCapturer37.JPG
Capturer32.JPG reazione-a-catena-13.jpgCapturer38.JPGCapturer39-copie-1.JPGCapturer43.JPGCapturer45.JPGCapturer47-copie-1.JPGCapturer48.JPG
Attention, petit chef d’œuvre ! Mais petit chef d’œuvre qui se mérite ! Car si l’on se contente de ne regarder qu’une seul fois ce giallo magnifique, on le trouve certes intéressant, mais on ne voit pas très bien la différence avec un de ces nombreux slashers américains dont il a été certainement l’inspirateur (entre autre la fameuse sage des « Vendredi 13 », qui a même repris en copié/collé quelques uns des meurtres les plus originaux) si ce n’est que « Réazione a caténa » à certainement mieux vieilli que la plupart de ces ersatzs hamburgerisés. Cependant, ceux qui suivent (avec patience et passion, qu’ils en soient éternellement remercié) depuis le début l’évolution de ce blog consacré au giallo, ont fatalement remarqué qu’en fait Mario Bava, et ce depuis « Sei donne per l’assassino » (soit depuis 1964), privilégiait surtout l’enchaînement de meurtres plus horribles les uns que les autres et la montée en crescendo d’une certaine violence (magnifiquement filmée et orchestrée) au détriment parfois d’une certaine cohérence dans le scénario et au mépris total de la psychologie de ses personnages (l’exemple le plus frappant étant « Cinque bambole per la luna de augusto »). Cette fois-ci, Mario Bava bat tous les records, puisque, suite à une réaction en chaîne (d’où le titre original), les 13 protagonistes de l’histoire (qui se passe en plus un vendredi, veille de week-end) vont tous connaître, chacun à leur tour, une fin absurde, rocambolesque mais terriblement giallesque (pendaison, empalement, décapitation, strangulation, j’en passe et des meilleures). Servi par un casting de choix (Claudine Auger, Laura Betti, Luigi Pistilli, Chris Avram) habitué aux gialli, Mario Bava montre et démontre, une fois de plus, qu’il est, incontestablement le maître du genre. La fin du film, surprenante, amorale et complètement gratuite en  déroutera plus d’un. Moins cependant que ses oeuvres suivantes car malheureusement, aucun des quatre derniers films de Mario Bava ne purent ni ne surent retrouver cet incroyable mélange de génie et de perversité auquel nous avait habitué le père du giallo. « Reazione a catena » fut donc le chant du cygne d’un Mario Bava fatigué d’une guerre des nerfs usante avec des producteurs ignares et incompétents, qui malheureusement ne comprenaient rien à son génie (quand on voit comment les producteurs ont transformé « La casa del essorcismo » pour en faire un plagiat du film de Friedkin, juste histoire qu’il rapporte plus financièrement, il y a de quoi crier  « au meurtre ! ») et qui le poussèrent même à la fin dans un ultime retranchement, qui lui fut malheureusement fatal : tourner pour la télévision !
« Reazione a catena » fut au départ le titre de tournage du film. Puis, apparemment le film sortit sous le titre «Antefatto- Ecologia del delitto », mais ressortit aussi sous son titre de tournage, ce qui fait que l’on ne sait plus trop bien quel est le vrai titre original. En tout cas, dans d'autres pays, il se nomme: "A Bay of Blood" (Usa), "A Mansão da Morte" / "Banho de Sangue" (Brésil), "Bahía de sangre" (Espagne), "Bloodbath" (Angleterre), "Blutrausch des Teufels" (Allemagne de l’est), "Im Blutrausch des Satans" (Allemagne de l’ouest) et  "Kanli körfez" (Turquie).
Num--riser0016.jpg Le film est disponible en DVD entre autre chez EVIDIS, qui ne s'est pas foulé coté bonus.

Partager cet article

Repost 0

commentaires