Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : un blog sur le giallo, ce genre particulier du cinéma Italien ainsi que sur les genres s'en rapprochant: le Krimi, le Poliziotto, le slasher movie
  • Contact

Recherche

31 janvier 2008 4 31 /01 /janvier /2008 14:02
3è époque: l'âge d'or (suite) 
Sette-orchidee-macchiate-di-rosso-aff2.jpg Sette-orchidee-macchiate-di-rosso-aff3.jpg Sette-orchidee-macchiate-di-rosso-aff4.jpg
Sette-orchidee-macchiate-di-rosso-aff5.jpg Sette-orchidee-macchiate-di-rosso-aff7.jpgSette-orchidee-macchiate-di-rosso-a.jpg Sette-orchidee-macchiate-di-rosso-aff6.jpg Sette-orchidee-macchiate-di-rosso-aff.jpg

Sette orchidee macchiate di rosso (Le tueur à l’orchidée) , 1971, réalisé par Umberto Lenzi (Italie/Allemagne) avec : Uschi Glas (Giulia), Antonio Sabato (Mario), Marisa Mell (Anna & Maria Sartori), Pier Paolo Capponi (Inspecteur Vismara), Petra Schürmann (Concetta di Rosa), Claudio Gora (Raffaele Ferri), Franco Fantasia (Lieutenant Renzi), Rossella Falk (Elenea Marchi), Marina Malfatti (Kathy Adams), Renato Romano (le prêtre américain), Gabriella Giorgelli (Inez Tamborini), Aldo Barberito (Lieutenant Palumbo), Bruno Corazzari (Barrett), Linda Sini (Juanda). Quel lien peut-il y avoir entre une vieille femme, une artiste peintre, une prostituée, une foldingue paranoïaque, une institutrice, une future jeune mariée et une « trop-longtemps-mariée » ? Si ce n’est qu’un maniaque a décidé de toutes les tuer et de laisser à chaque fois à coté de leur cadavre un talisman en argent en forme de demi-lune. La police n’a pas beaucoup d’indices, mais heureusement Mario, dont la jeune fiancée Giulia a réchappé miraculeusement à une des attaques du mystérieux assassin, va trouver que ces victimes ont toutes séjourné au même moment dans l’hôtel que tenait sa petite amie deux ans auparavant. Mais l’hôtel a été vendu depuis et il est difficile de retrouver (vivant tout du moins) les divers témoins de cette époque car il semblerait que l’assassin est toujours une longueur d’avance sur eux…
Capturer1-copie-1.JPGSette-orchidee-macchiate-di-rosso-36.JPG Capturer2-copie-1.JPG Sette-orchidee-macchiate-di-rosso-24.jpg undefinedundefined Sette-orchidee-macchiate-di-rosso-54.JPG Capturer7-copie-1.JPG Capturer14-copie-1.JPG Capturer16-copie-1.JPG Capturer17-copie-2.JPG Capturer8-copie-4.JPG Capturer18.JPGSette-orchidee-macchiate-di-rosso-6.jpg Sette-orchidee-macchiate-di-rosso-31.jpg Sette-orchidee-macchiate-di-rosso-5.jpg Sette-orchidee-macchiate-di-rosso-32.jpg Capturer21-copie-1.JPGCapturer22.JPGSette-orchidee-macchiate-di-rosso-9.jpgSette-orchidee-macchiate-di-rosso-21.jpg
Attention, attention ! Je m’adresse à tous ceux qui n’ont pas encore vu le film. Ne surtout pas visionner la bande annonce qui donne l'identité du meurtrier! Ce qui est fort dommage car dans cette histoire (inspiré d’un Krimi d’Edgar Wallace, bien que cela ne soit pas crédité au générique Italien), l’identité de l’assassin, tenue secrète jusqu’à la fin, n’est pas évidente à découvrir puisque Lenzi, contrairement à pas mal de ses collègues, ne procure  aucun indice susceptible de le découvrir facilement.  Le réalisateur rend hommage à ses pairs, notamment avec une ambiance au niveau des meurtres (le meurtre dans la baignoire fait directement référence à celui de « Six femmes pour l’assassin »), de la lumière et des décors (qui rappellent parfois ceux de « L’île de l’épouvante »), digne de Mario Bava. Même si la fin est un peu bâclée (découverte et élimination du meurtrier en deux minutes trente montre en main), le film n’en demeure pas moins un excellent giallo (peut-être même un des meilleurs de Lenzi) avec une avalanche de meurtres plus violents les uns que les autres (une pute battue à mort avec une planche de bois, quelques bonnes strangulations, une jeune femme, délicieuse Marisa Mell,  trouée de part en part avec une perceuse électrique, des noyades et quelques coups de canif par-ci par là histoire de ne pas perdre la main, gantée il va de soi). La musique de Riz Orlani habille magnifiquement bien les nombreux moments de suspens. On regrettera peut-être que le rôle principal masculin soit allé à Antonio Sabato (plutôt spécialisé jusqu’à présent dans les rôles de Cow-boys et qui porte certainement mieux le chaps et le stenson sans ses sourcils épilés…). Coproduction avec l’Allemagne oblige, le rôle principal féminin revint à une jeune actrice Allemande, Uschi Glass, plutôt jolie à regarder… Dans le rôle des victimes, plusieurs Giallo-Queens : Marina Malfatti, dont on ne présente plus les décolletés vertigineux, Marisa Mell dans un double rôle une fois encore et Rossella Falk, découverte dans « Giornata nera per l’ariet » et que l’on retrouvera dans trois autres gialli : l’excellent  « La tarentola dal ventre nero » (1971), fàce à Telly Savalas en pervers pépère du combiné : « L’assassino è al telefono » et dans le décevant « Non ho sonno » (« le sang des innocents ») de Dario Argento. Les plus cinéphiles d’entre vous auront bien sur reconnu Pier Paolo Capponi, qui jouait déjà un inspecteur de police dans « Le chat à neuf queues » de  Dario Argento et figurait aussi au générique de « Le Foto proibite di una sgnora per bene ».
tueur-a-l-orchidee-dvd.jpgLe DVD a été édité en france par Néo Publishing qui malheureusement ne s'est pas foulé au niveau des bonus... Juste quelques filmographies, fiches techniques et quelques photos. Un petit conseil: préférez  la version italienne (et sous-titrée en français) à la version française (les voix françaises, notament celle pour Marina Malfatti, sont A CHIER!)

Partager cet article

Repost 0

commentaires