Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : un blog sur le giallo, ce genre particulier du cinéma Italien ainsi que sur les genres s'en rapprochant: le Krimi, le Poliziotto, le slasher movie
  • Contact

Recherche

3 février 2008 7 03 /02 /février /2008 16:56

3è époque: l'âge d'or (suite) 
ultima-senora-anderson-aff-8-copie-1.jpgultima-senora-anderson-aff-7.jpgultima-senora-anderson-aff-10.JPG
ultima-senora-anderson-aff-1.jpgpiscinemeurtretc6.jpg ultima-senora-anderson-aff-4.jpg ultima-senora-anderson-aff-6.jpg ultima-senora-anderson-aff-5.JPG ultima-senora-anderson-aff-9.jpg
La Ultima senora Anderson (Au fond de la piscine) 1971, réalisé par Eugenio Martin (Italie, Espagne) avec Carroll Baker (Julie Spencer / Lillian Martin), Michael Graig (Arthur Anderson), Miranda Campa (Félicitée Downing), José Luis Lopez Vasquez (Inspecteur Dunphy), Marina Malfatti (Julie Spencer).Arthur Anderson vient d'enterrer sa troisième femme, retrouvée noyée dans sa piscine. Bien que la mort semble accidentelle, l’inspecteur Dunphy du New Scotland Yard met Anderson en examen, car il a découvert que ce Barbe Bleue des temps modernes a déjà enterré deux autres épouses avant celle-ci. Mais, grâce au faux témoignage de sa logeuse, Anderson est innocenté et libéré. En rentrant chez lui, il trouve la ravissante Julie Spencer en train de nager dans sa piscine. Une idylle se noue entre eux et quelques mois plus tard, Julie devient la quatrième madame Anderson…
ultima-senora-anderson-3.jpg ultima-senora-anderson-1.jpg
-ltima-se-ora-Anderson-5.jpg -ltima-se-ora-Anderson-6.jpgultima-senora-anderson-8.JPG
Encore un obscur giallo tinterprété par la ravissante giallo Queen Carroll Baker, alors au sommet de sa gloire et de sa beauté, et qui ne tournait plus quedans les films de séries B tournés en Europe. Elle interprète ici une mystérieuse jeune femme qui se fait épouser par un spécialiste des mariages à courte durée (il en est déjà à son troisième veuvage). Une jeune femme qui cache un secret (qu’il serait absurde de révéler, puisque tout le « suspens » du film tourne autours de lui). Donc pas de meurtres sanglants, de tueurs sadiques gantés, tout est psychologique et même si l’on se perd un peu dans les méandres de l’intrigue, tarabiscotée à souhaits, on ne boudera pas son plaisir ne serait-ce qu’en regardant Carroll Baker, le temps de quelques scènes, se prendre pour Esther Williams. Le film est sorti en vidéo en France sous le titre « Meurtre dans la piscine ».

Partager cet article

Repost 0

commentaires