Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : un blog sur le giallo, ce genre particulier du cinéma Italien ainsi que sur les genres s'en rapprochant: le Krimi, le Poliziotto, le slasher movie
  • Contact

Recherche

26 février 2008 2 26 /02 /février /2008 09:28

  3è époque: l'âge d'or (suite) 
Cose-avete-fatto-a-Solange-aff8.jpgCose-avete-fatto-a-Solange-aff3.JPG Cose-avete-fatto-a-Solange-aff4.JPGCose-avete-fatto-a-Solange-aff2.JPG Cose-avete-fatto-a-Solange-aff11.jpg Cose-avete-fatto-a-Solange-aff9.jpg
Cosa avete fatto a Solange ? (Mais qu’avez vous fait a Solange ?)
, 1972, réalisé par Massimo Dallamano, (Italie/Allemagne de l’ouest)  avec: Fabio Testi (Enrico Rosseni), Joachim Fuchsberger (Inspecteur Barth), Karin Baal (Herta Rosseni), Günther Stoll (Professeur Bascombe), Claudia Butenuth (Brenda Pilchard), Cristina Galbó (Elisabeth Seccles), Rainer Penkert (Mr Leach), Camille Keaton (Solmange Beauregard), Pilar Castel (Janet Bryant), Giovanna Di Bernardo (Helen Edmonds), Maria Monti (Mrs Erickson), Emilia Wolkowicz (Ruth Holden), Joe D'Amato (journaliste, non crédité).
Professeur d’éducation physique et d’Italien dans un collège privé anglais, marié à une femme froide et cynique, professeur d’allemand au même établissement, Enrico Rosseni a pour maîtresse une de ses jeunes élèves, la belle Elisabeth. Alors qu’il se trouve en sa compagnie sur les bords de la Tamise, en train de faire une romantique promenade en barque, Elisabeth semble apercevoir une jeune fille en train de se faire tuer. Evidement Enrico ne la croit pas, mais le lendemain, il apprend par la radio que le cadavre d’une jeune fille a été effectivement découvert à l’endroit ou ils se trouvaient la veille. Avant de se rendre au collège, Enrico se rend d’abord sur les lieux où il apprend que la jeune fille a été torturée (un couteau enfoncé dans le vagin) avant d’être assassinée. Une fois de retour au collège, il est surpris de découvrir que la police est déjà sur les lieux. L’inspecteur chargé de l’enquête lui apprends même que la mystérieuse victime se trouvait être une de ses élèves, Hilda Erikson. Bien que suspecté (il a perdu son stylo sur les lieux du crimes), Enrico est vite lavé de tout soupçon. Car pendant se temps là, l’assassin frappe encore. Une autre élève est kidnappée devant chez elle, puis tuée de la même façon. Puis l’assassin s’en prend à Elisabeth, dont la liaison avec son professeur n’est plus un secret pour personne. Mis à l’index du collège, Enrico va chercher à savoir qui a tué sa maîtresse, et pour cela, il trouvera l’aide assez inattendue de sa femme, Herta.

Cose-avete-fatto-a-Solange-1.jpgCose-avete-fatto-a-Solange-56.JPGCose-avete-fatto-a-Solange-57.JPG Cose-avete-fatto-a-Solange-20.jpgCose-avete-fatto-a-Solange-27.jpg  Cose-avete-fatto-a-Solange-43.jpgCose-avete-fatto-a-Solange-55.JPG
Capturer.JPGCose-avete-fatto-a-Solange-62.JPG
De tous les gialli passés ici au crible, « Cosa avete fatto a Solange ? » est certainement l’un des plus intéressants, un de ceux qui respecte le plus les codes inhérents au genre et certainement à plus d’un autre titre, un des meilleurs ! L’intrigue se passe (une fois de plus) à Londres. Un mystérieux assassin assassine toujours selon le même modus operandi les jeunes filles d’un même collège, qu’il attache, bâillonne et tue, en leur enfonçant un long poignard dans le vagin, après avoir prononcé invariablement  la même phrase : « Qu’avez-vous fait à Solange ? ». La police soupçonne l’un des professeurs, qui avait une liaison adultérine avec l’une des victimes, mais le coupable bien sur se révèlera être celui auquel on pensait le moins… Tous les codes chers au giallo sont donc réunis ici dans ce film :
1/ un mystérieux tueur dont on n’aperçoit que les mains gantées de cuir, qui tue à l’arme blanche (sauf une de ses victimes, qui finit au fond de la baignoire, une variante classique que l’on retrouve dans pas mal de gialli aussi). 
Cose-avete-fatto-a-Solange-54.JPGCose-avete-fatto-a-Solange-58.JPG
2/ Des meurtres sadiques (ici, il enfonce son poignard dans le vagin de ses victimes (Brrrrr !) toujours orchestrés sur une musique d’Ennio Morricone… 
Cose-avete-fatto-a-Solange-6.jpgCose-avete-fatto-a-Solange-61.JPG
3/ Un inspecteur de police, fumant la pipe comme Maigret mais n’ayant pas les capacités de jugement d’un Colombo, se trouve rapidement dépassé par les évènements et doit faire appel à celui qu’il considérait comme son principal suspect pour l’aider à résoudre son énigme (seule variante, ici le principal suspect semble avoir toute la sympathie du policier) 
Cose-avete-fatto-a-Solange-21.jpg Cose-avete-fatto-a-Solange-23.jpg
4/ le tueur a revêtu un habit de prêtre. La aussi, c’est régulièrement une constance dans le giallo (voir entre autres «Sette orchidee macchiate di rosso», «Chi l’ha vista morrire», «Una Lucertola con la Pelle di Donna»). Le giallo semble avoir des comptes à régler avec l’église catholique qu’il transforma régulièrement en usine à maniaque sexuels…
 
Cose-avete-fatto-a-Solange-4.jpg 
5/ le giallo a des comptes à régler, mais pas uniquement avec l’église. Ici, le pitch tourne autours la libération sexuelle post soixante-huit-hard et traite d’un sujet souvent repris aussi dans les gialli(«Nude… si muore», «Una Lucertola con la Pelle di Donna», «La polizia chiede aiuto», «Di Corpi presentano tracce di violenza carnale») : la dépravation sexuelle de jeunes filles mineures…
 
Cose-avete-fatto-a-Solange-44.jpg Cose-avete-fatto-a-Solange-49.jpg
6/ l’apparition, furtive certes, d’une bouteille de JB… 
Cose-avete-fatto-a-Solange-jb.JPG

La seule variante que se permet le réalisateur, l’ancien chef opérateur de Sergio Leone, Massimo Dallamano, est de ne pas noyer le spectateur dans un dédale de fausses pistes et se contenter de suivre, méthodiquement comme le ferait Colombo, le déroulement de l’enquête, menée parallèlement par le suspect et la police. On retrouve bien sur dans les principaux rôles des habitués au genre : Fabio Testi (« La Morte bussa due volte », « Enigma Rosso »), Cristina Galbo (« L’assassino e costretto uccidere ancora »), Maria Monti (« Gran bolito »), Marco Mariani (« La morte risale a ieri sera », « La bestia uccide a sangue freddo »), « Tuo vizio e una stanza chiusa e solo io ne ho la chiave » et « La morte ha sorriso all’assassino ») et à la photographie (cela se reconnaît à sa manière bine à lui de photographier les douches de jeunes filles) un habitué de l’érotisme transalpin Aristide Massaccesi, alias Joe d’Amato, qui joue même le rôle d’un des photographes « couvrant » les crimes…
Aristide-Massaccesi.jpg Joe D'amato alias Aristide Massaccesi


Num-riser0004.jpg le film est sortit en DVD (versions Française et Italienne sous-titrée) chez Néo Publishing avec en prime quelques bonus : un documentaire avec interviews de  Fabio Testi et du producteur, Flavio Lucianno , un portrait de fabio Testi, une présentation du film par Fabio Testi et  les éternelles filmographies et galeries de photos.

Partager cet article

Repost 0

commentaires