Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : un blog sur le giallo, ce genre particulier du cinéma Italien ainsi que sur les genres s'en rapprochant: le Krimi, le Poliziotto, le slasher movie
  • Contact

Recherche

13 mars 2008 4 13 /03 /mars /2008 08:52
3è époque: l'âge d'or (suite) 
Non-si-Sevizia-un-Paperino-aff11.jpgNon-si-Sevizia-un-Paperino-aff2.jpgNon-si-Sevizia-un-Paperino-aff9.jpgNon-si-Sevizia-un-Paperino-aff13.jpgNon-si-Sevizia-un-Paperino-aff10.jpgNon-si-Sevizia-un-Paperino-aff12.jpgNon-si-Sevizia-un-Paperino-aff6.jpgNon-si-Sevizia-un-Paperino-aff7.jpgNon-si-Sevizia-un-Paperino-aff3.jpg

Non si Sevizia un Paperino (La longue nuit de l’exorcisme) , 1972, réalisé par Lucio Fulci (Italie), avec Florinda Bolkan (Maciara), Barbara Bouchet (Patrizia), Tomas Milian (Andrea Martelli), Marc Porel (Don Alberto Avallone), Irene Papas (Dona Aurelia Avallone), Georges Wilson (Francesco), Antonello Campodifiori (le lieutenant de police), Ugo D’Alessio (Capitaine Podesti), Virgilio Gazzolo (le commissaire de police), Vito Passeri (Guiseppe Barra), Rosalia Maggio (la mère de Michele), Andrea Aureli (le père de Bruno), Linda Sini (la mère de Bruno), Franco Balducci (le père de Michele), Duilio Cruciani (Mario), John Bartha (le policier).Le petit village d’Accendura, perdu au coeur de la Sicile profonde, est endeuillé par une série de crimes à caractère pédophilique. Tandis qu’Andréa Martelli est envoyé par son journal, le Daily, pour enquêter sur place, la police arrête l’idiot du village (qui malgré les apparences n’est pas le commissaire...). Evidement, la série de meurtres continue et la population va alors s’en prendre à Maciaira, une sauvageonne à moitié folle (depuis la mort de son enfant) qu’elle ne va pas hésiter à lyncher. Le journaliste quand à lui préfère porter toute son attention sur la belle Patrizia, une étrange jeune femme qui semble plutôt attirée par les jeunes garçons pré pubères, ce qui n’arrange pas les affaires du beau Don Alberto, le curé du village.
Non-si-Sevizia-un-Paperino-36.JPGNon-si-Sevizia-un-Paperino-40.JPGNon-si-Sevizia-un-Paperino-42.jpgNon-si-Sevizia-un-Paperino-41.JPGNon-si-Sevizia-un-Paperino-37.JPGNon-si-Sevizia-un-Paperino-43.JPGNon-si-Sevizia-un-Paperino-38.JPGNon-si-Sevizia-un-Paperino-35.JPGNon-si-Sevizia-un-Paperino-4.jpgNon-si-Sevizia-un-Paperino-39.JPGNon-si-Sevizia-un-Paperino-31.jpg
Voci donc le fameux film qui, pour certains, est considéré comme le chef d’œuvre incontesté et ultime de Lucio Fulci (le roi du gore, le prince du ketchup, bref l’empereur de la boulette bolo-niaise), celui-là même que le ridicule n’a pas encore tué tant il a eu pitié de toutes ses infortunes (il est né en 1927, sous le signe des gémeaux, mais contrairement à Solange et Delphine, primo il n'habitait pas Rochefort, secondo il n'avait pas de soeur jumelle, ce qui dans le cinéma peut se révéler être un gros handicap) et qui revient à chaque fois comme un zombie essayer de hanter nos nuits blanches avec ses idées noires. Pourquoi ce film est-il considéré comme un giallo (tout comme son précédent: "Una lucertola con la pelle di donna"), le mystère reste encore à ce jour non élucidé! Point de tueur masqué, ganté, s'attaquant dans l'ombre à de  jeunes femelles apeurées dont les boutons pas sages du corsage sautent à chaque apparition du coupe-chou fatal. Pas non plus de complot machiavélique ourdit par un play-boy désargenté visant à s'approprier le magot d'une belle héritière aussi riche que stupide. Non, ici les victimes sont des enfants (on se croirait presque dans un roman de Martha Grimes), principalement de jeunes males venant d'atteindre l'age fatidique de la puberté. L'héroine (Barbara Bouchet en ex-toxicomane) n'a donc rien à craindre, apparement le tueur préfère les garçons. Le film de Fulci est donc anti conformiste au possible! Voir anti clérical, anti provincial, presque anti social. Le scénario se démarque dès le départ des films de Bava, Argento, Ercoli et les autres. Alors que ceux-ci se déroulent au milieu de l'habitat urbain, le film de Fulci se situe en pleine campagne, dans un coin paumé de Sicile, oublié de Dieu, mais pas du diable! Car à voir Barbara Bouchet déambuler nue (pléonasme!) tout en jetant des regards lubriques à tout ce qui porte la culotte (courte) et  qui a moins de douze ans, Florinda Bolkan qui passe son temps à psalmodier des incantations telle une pythie de carnaval et Irène Papas qui assassine du regard tout ce qui fait plus de 95 C, on sait que Satan l'habite ce désert des barbares. Marc Porel, dans sa robe de jeune cureton est beau à damner un saint. Le reste des villageois n'est pas mal non plus. et permet à Lucio Fulci de dresser une série de portraits (dont quelques uns peints au vitriol), du policier crétin (encore un pléonasme?) à l'idiot du village (qui ferait un très bon coupable) en passant par  l'ermite de la colline qui (pour une fois) ne s'apelle pas  Bernard, le journaliste qui tombe amoureux de la blonde sexuelle du coin, les gamins qui s'amusent à torturer des animaux ou fumer des mégots avantet après être allé communier tranquillement à l'église et  le reste des autochtones qui sont aussi dépaysants. Hélas, à courir trop de lièvres à la fois, le réalisateur rate sa cible. Pas vraiment un giallo, pas tout à fait une satyre sociale, pas du tout un film d'horreur et encore moins un film satanique (malgré ce que laisse croire le titre français qui a voulu profiter de la vague déferlante lancée par "L'exorciste"), On passera sur le dénouement final, le monologue absurde du meurtrier et les dernières images du film, qui se veulent gores et qui ne sont que ratées.  "Non si sevizia un paperino" n'en reste pas moins un film interessant à regarder... si l'on n'est pas trop regardant!  Ne serait-ce que par toutes les erreurs qu'à bien pu laisser passer Ginette, notre copine la script-girl aveugle...

Num-riser0001.jpg Le film existe en VHS et DVD notament chez Blue Undergrund vidéo (en anglais sans bonus)

Partager cet article

Repost 0

commentaires