Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : un blog sur le giallo, ce genre particulier du cinéma Italien ainsi que sur les genres s'en rapprochant: le Krimi, le Poliziotto, le slasher movie
  • Contact

Recherche

13 mars 2008 4 13 /03 /mars /2008 20:52

undefined
Non si Sevizia un Paperino (La longue nuit de l’exorcisme) , 1972, réalisé par Lucio Fulci (Italie), avec Florinda Bolkan (Maciara), Barbara Bouchet (Patrizia), Tomas Milian (Andrea Martelli), Marc Porel (Don Alberto Avallone), Irene Papas (Dona Aurelia Avallone), Georges Wilson (Francesco).

Ginette est aveugle, pas sourde. Aussi déteste t'elle quand le réalisateur braille, même si c'est à cause de ses erreurs...

Erreur n°1: Quand le jeune Michele amène son orangeade à Patrizia (Barbara bouchet, on peut constater que le verre et la carafe ne se touchent pas sur le plateau. Mais curieusement, au fur et à mesure de l'avancement de la scène, le verre et la carafe se rapprochent à se toucher, puis s'éloignent de nouveau, ce qui fait que lorsque Barbara Bouchet tend la main pour saisir le verre, il est à quelques centimètres de la carafe
erreur-1.01.jpg

Erreur n°2:
Alors que la police emmène l'idiot du village qui vient d'avouer un crime qu'il n'a (peut-être) pas commis, la foule en colère se presse autours de la voitre des carabiniers. Curieusement, selon la disposition de la caméra, certains badeaux en colère hurlent contre le présumé tueur, tandis que, de l'autre coté de la voiture, d'autres autochtones semblent bien se marrer (certainement de la bousculade). Apparement quelqu'un a du oublier de leur dire que la caméra tournait !
erreur-2.01.JPG

 Erreur n° 3: Le journaliste Andrea Martelli (Thomas Milian) et le jeune prètre Don Alberto (Marc Porel) taillent une bavette tout en se promenant. Le journaliste ne semble pas très observateur, il n'a même pas remarqué que sa paire de lunettes de soleil changeait de position suivant les plans... Un coup les verres sont positionnés vers la droite, un coup les verres sont à gauche, puis re-à droite. Incroyable comment une script-girl aussi gauche peut être maladroite...
erreur-6.01.JPG

Erreur n°4: Après avoir été battue à mort par quelques paysans en colère, Maciara (Florinda Bolkan) vient mourir au bord de la grande route nationale (sous le regard indifférent de plusieurs automobilistes qui continuent tranquilement leur chemin, ceci dit en passant). Curieusement, lorsque la police vient recouvrir son corps, ce dernier se trouve bien éloigné de la route. La grosse pierre sur laquelle reposait la main ensanglantée a disparue. En plus la tête, qui reposait à droite repose désormais à gauche. R.I.P ...
erreur-501-copie-1.JPG

Erreur n°5: Don Alberto retient une de ses jeunes ouailles par le bras (ouille!). Comme on le distingue nettement, il sagit du bras gauche. Or le plan suivant, il le tient par le bras droit. Les voies du seigneur sont décidément impénétrables.
erreur-7.01.JPG

Erreur N°6: Lorsque Don Alberto tombe de la falaise, outre les raccords lumières qui sont totalement anarchiques, outre le fait que le mannequin lui ressemble autant qu'une poupée de chez madame Tussaud et que ses manches, malgré la pesanteur, n'arrètent pas de remonter (cela s'apelle faire des effets de manches!), le mannequin de Marc Porel fait en plus des étincelles lorsqu'il touche les rochers. En fait, il s'agit simplement des explosions des poches de sang sous le masque en latex. Chassez le naturel, il revient au galop. Lucio Fulci voulait faire des gros plans de la figure du prètre s'esquintant sur les rochers. A trop vouloir en faire, cela devient vite ridicule.
erreur-8.01.JPG
undefined

Celui qui a créé les mannequins devait aimer, quand il était petit, jouer au jeu des sept erreurs dans France-Soir... On ne peut pas dire que les copies soient très ressemblantes avec les originaux, qu'il sagisse de celui de Don Alberto ou de celui du jeune Bruno...
erreur-3.01.JPG

Partager cet article

Repost 0

commentaires