Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : un blog sur le giallo, ce genre particulier du cinéma Italien ainsi que sur les genres s'en rapprochant: le Krimi, le Poliziotto, le slasher movie
  • Contact

Recherche

16 mars 2008 7 16 /03 /mars /2008 23:27
fond-noir-koscina.jpgSylva Koscina, c'est un peu notre Anicée Alvina version transalpine (le talent en plus!). Dès qu'elle voit un objectif ou entend les mot magiques "On tourne !", elle se fout à poil... Et cela ne la gènera pas de le faire jusqu'à l'age de 50 ans et plus.
Notre belle Giallo Queen, bien que née à Zagreb (en Croatie), le 22 août 1933, est d’origine Italienne. Sa carrière, internationale, est longue de plus de 120 titres, certes pas tous prestigieux… mais même dans les films les plus ringards (et Dieu sit si on l'a gatée de ce coté là), elle sût toujours tirer son épingle du jeu et rendre le film intéressant, au moins à cause de sa présence... Son premier grand film sera « Michel Strogoff », avec Curd Jurgen en 1956. Elle jouera souvent dans les films d’aventures que ce soit en France (avec Lino Ventura par exemple) ou en Italie (notamment dans quelques « Hercule » ou les mini-jupettes grecques sauront mettre en valeur son corps de rêve…) Hollywood, toujours avide de beauté exotique (tout ce qui n’est pas Américain est exotique à Hollywood), la réclame et lui donne comme partenaire Paul Newman (« The secret war of Harry Frigg »), Kirk Douglas (A lovely way to die »), Rock Hudson (« Hornets’ Nest). Malheureusement pour elle, ce sont toujours les plus mauvais films de ces acteurs, ceux dont on a jamais entendu parler… 
bodyguard07.jpghornets_nest06.jpg
Dépitée, plutôt que de rester dans sa chambre, elle s’en retourne en Italie ou elle est toujours une vedette à part entière. Elle tournera en 1972 son premier giallo : « Nel buio del terrore » , une sombre histoire de triangle amoureux à quatre personnages. Une histoire ou elle devient même la maîtresse de … Marisa Mell. 
Nel-buio-del-terrore-36.jpgNel-buio-del-terrore-35.JPG
La même année, elle enchaine avec «Rivelazioni di un maniaco sessuale al capo della squadra mobile », ou elle est l’épouse volage de Farley Granger qui poursuit justement un sérial killer dont la spécialité est d'assassiner les épouses infidèles… Ce qui peut se révéler pratique dans un pays ou le divorce n’est toujours pas accepté. 
Rivelazioni-di-un-maniaco-sessuale-23.jpgRivelazioni-di-un-maniaco-sessuale---17.jpg
Il est amusant de noter que la réalité dépasse parfois la fiction...En 1967, alors qu’elle était en pleine ascencion hollywodienne, Sylva Koscina défraya la chronique en Italie en épousant, secrètement,  l’industriel Raimondo Castelli, qui, hélas pour elle était déjà marié et dont la femme « légitime » ne voulait pas divorcer. Les jeunes « mariés » durent donc célébrer leurs noces au Mexique, mais le mariage ne fut jamais reconnu en Italie ou l’industriel était considéré comme bigame. De toute façon ils divorcèrent en 1971. 
En 1972 toujours, elle tourne dans un de ses meilleurs gialli: "Sette sciali di sette gialla" ou elle est devient l’épouse de Giacomo Rossi-Stuart (un habitué des gialli lui aussi), une épouse qui sort ses griffes lorsque d'autres femmes lui tournent autours. 
black_cat2.jpg5354334.JPG
L’année suivante, en 1973, elle tourne dans un faux giallo de Mario Bava : « La casa dell’ esorcismo », plus connu chez nous sous les titres « Lisa et le diable » et « La maison de l’exorcisme », ou elle a pour partenaire sa grande rivale en page centrale de « Ciné Revue », Elke Sommer, ainsi qu’Alida Valli (qui n’a jamais fait aucune page centrale) et Telly savalas (encore moins !). Il est difficile de classer véritablement ce film comme un véritable giallo étant donné que seule une demi-heure du film pourrait vraiment rentrer dans la catégorie, le reste étant… on ne sait toujours pas très bien quoi, vu que les producteurs ont monté et remonté le film une bonne quinzaine de fois et que désormais, si l'on n'est pas sous l'influence d'une drogue hallucinogène, on ne comprend rien au film.
Capturer7.JPGCapturer5.JPG
En 1974 enfin elle tourne ce que certain considèrent comme son plus mauvais giallo (tandis que d’autres pensent que c’est le moins bon) l’exécrable « Delitto d’autore ». 
01531803.jpgCapturer-copie-1.JPG
La fin de carrière de Sylva Koscina durera encore une dizaine d'année, mais ne fut hélas pas des plus brillantes, puisqu’elle finira par tourner dans des spots publicitaires, et posera même nue dans "Playboy" dans un superbe manteau de fourrures. Elle décèdera d’un cancer, à Rome, en 1994.
a476_1_b.jpgcinerevue_1970_49_1.jpgcinerevue_1972_33_1.jpg playboy-copie-1.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by djordj - dans giallo queens
commenter cet article

commentaires

Médusa man 06/09/2011 16:55


Moi je l'aime bien Delitto d'autore !