Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : un blog sur le giallo, ce genre particulier du cinéma Italien ainsi que sur les genres s'en rapprochant: le Krimi, le Poliziotto, le slasher movie
  • Contact

Recherche

9 avril 2008 3 09 /04 /avril /2008 15:19

3è époque: l'âge d'or (suite)


Il profumo della signora in nero, 1974, réalisé par Francesco Barilli, (Italie), avec  Mimsy Farmer (Silvia Hacherman), Maurizio Bonuglia (Roberto), Mario Scaccia (M. Rossetti), Donna Jordan (Francesca), Orazio Orlando (Nicola), Jho Jhnekins (Andy), Nike Arrighi (Orchidea), Lara Wendel (Silvia jeune), Renata Zamengo (la mère de Silvia). Silvia Hackerman travaille au sein d'une entreprise industrielle de cosmétologie. Elle se donne corps et âme dans son travail, ne s'octroyant que peu de temps avec son petit ami, Roberto. Celui-ci l'entraine dans une étrange soirée ou Silvia fait la connaissance d'un ethnologue africain, spécialisé dans l'étude des sacrifices humains lors des cérémonies vaudous. A partir de ce moment,  des souvenirs d'enfance qu'elle croyait effacés à tout jamais de sa mémoire vont resurgir et l'équilibre psychologique de la jeune femme va basculer dans la démence et l'horreur...
 
Un bien étrange giallo que voici. Aucun rapport bien évidement avec l'oeuvre de Gaston Leroux, le réalisateur préférant ici rouler sa bille du coté d'Alice aux pays des horreurs. Mismy Farmer incarne  une jeune préparatrice en parfumerie industrielle, qui à la suite d'une soirée mondaine ou elle fait la connaissance d'un adepte du vaudou, se croit désormais possédée par l'esprit de sa propre enfance (je sais c'est un peu space, mais à l'époque on fumait encore beaucoup la moquette -Saint-Maclou-  évideemmmment....). Ce qui fait que, petit à petit, elle perd les pédales, pense avoir tué sa mère, son père quand elle était jeune (très freudien tout cela),croit voir le fantôme d'une étrange dame en noir et se met à tuer son entourage (voisin, petit ami etc...). Onirique  soit qui mal y pense, on a donc le droit à quelques moments de pure folie qui nous font penser qu'il y a toujours de l'espoir, que c'est pas pire que du Marguerite Duras et que finalement, un film d'Alain Delon, c'est pas si mal car là au moins on est sur de comprendre quelque chose!
Le film est sortit en DVD (en italien ou en anglais) chez Raro Video et possède un documentaire explicatif (en italien avec sous-titres en anglais) sur le film. Curieusement, on comprend encore moins le film après l'avoir vu...

Partager cet article

Repost 0

commentaires