Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : un blog sur le giallo, ce genre particulier du cinéma Italien ainsi que sur les genres s'en rapprochant: le Krimi, le Poliziotto, le slasher movie
  • Contact

Recherche

13 avril 2008 7 13 /04 /avril /2008 09:56
3è époque: l'âge d'or (suite).

Delitto d'autore , 1974, réalisé par Anthony Green, (Italie), avec Sylva Koscina (Valeria Volpi Grossi), Pier Paolo Capponi, Luigi Pistilli, Krista Nell (Miléna), Carla Mancini, Herbt Andress, Emilio Bonucci, Pietro Plinio Quinzi (le serveur). Miléna, héritière présumée de la riche famille Volpi Girosi , a épousée à Milan le dénomé Marco Giraldi, industriel spécialisé dans la fabrication de chaussures, dont l’entreprise commence sérieusement à péricliter. La tante de Miléna ayant toujours refusé de la voir mariée à Marco, c’est en cachette que la jeune femme a épousé son bien aimé (comme dans "Roméo et Juliette", c'est pas romantique, ça?). Un jour, Donna Valéria reçoit de mystérieux coups de téléphone anonymes lui annonçant que sa petite fille a été kidnappée et ne sera libérée qu’en échange d’un de ses tableaux, un Rubbens qui vaut bien sur un paquet de dollars. Mais une fois l’échange fait,  Miléna est retrouvée morte. Le commissaire de Torres, qui est chargé de l’enquête ne sait pas trop ou porter ses soupçons, d’autant plus que peu de temps après, c’est au tour des deux kidnappeurs d’etre mystérieusement assassinés.
C'est l'époque ou les gialli sont à la mode et n'importe quel film ou il y quelques meurtres se retrouve désigné d'office comme étant un giallo. Surtout si dedans joue une actrice familière au genre . Il sagit  ici d'une sombre histoire de détournement d’héritage, pas de quoi vraiment fouetter un chat dès potron-minet. On devine bien sur très vite qui est l'assassin, quels sont ses motifs et comment tout cela va finir! Le seul intérêt du film réside donc dans la présence de "Miss page centrale de Ciné Revue", j'ai nommé la délicieuse, la divine, la toute en chair plus qu'en os Sylva Koscina dont on présente plus ici ni les formes ni le talent. Les plus cinéphiles d'entre vous auront reconnus que sous le pseudonyme d'Anthony Green se cachait en fait le réalisateur Mario Sabatini, 5 films à son actif, 5 magnifiques daubes. Comme quoi, on ne change pas une équipe qui gagne (surtout à ne pas être connue)... 
  Apparement, le film semble n'être sortit pour l'instant qu'en VHS (italie)

Partager cet article

Repost 0

commentaires