Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : un blog sur le giallo, ce genre particulier du cinéma Italien ainsi que sur les genres s'en rapprochant: le Krimi, le Poliziotto, le slasher movie
  • Contact

Recherche

15 avril 2008 2 15 /04 /avril /2008 15:20
3è époque: l'âge d'or (suite).

Malocchio, 1974, réalié par Georges Siciliano, (Italie/Espagne/Mexique), avec Anthony Steffen (Tenente Ranieri), Jorge Rivero (Peter Crane), Richard Conte (Docteur Stone), Eduardo Fajardo (le majordome Basil), Lone Flemming (Marta), Pilar Velzaquez (Docteur Sarah Turner), Pia Giancaro (Elizabeth), Daniela Giordano (Taga), Luis Latorre (Robert), Luciano Pigozzi (William Stevens), Eve Vanicek (Yvonne Chevrel). De quelle façon, le riche playboy Peter Crane est-il impliqué, de quelque façon que ce soit, dans la série de crime qui laisse la police sur les dents ? Et quel rapport cela a t'il avec "Le cercle magique"? Ni  son psychiatre, qui le soigne pour guérir des cauchemards dont il souffre régulièrement, ni la police n'en ont aucune idée. En tout cas, une chose est sure: toute personne faisant partie de près ou de loin de son entourage est en danger de mort...
 
 
Un beau gosse fortuné, dont le passe-temps favori est d'organiser des orgies, voit le nombre des invité(e)s de ses soirées BCBG (beaux culs, belles gueules) diminuer dangereusement à chacune de ses sauteries. Et pour cause, ils meurent mystérieusement et de façon assez horrible, à l'instar de cette pauvre Yvonne Chrel, rencontrée lors d'un défilée de mode, qui s'était vanté d'avoir révé qu'il l'assassinait et qui a été retrouvé morte le lendemain. Mais si notre héros a la quéquette au garde-à-vous, il a aussi le ciboulot tout ramolo... Apparement, il souffrirait de cauchemars provoqués par des pouvoirs télékinésiques. Véritable assassin, simplement possédé par un esprit démoniaque ou victime d'une vengeance ? Apparement personne ne sait. Ni la police, qui avoue rapidement son incompétence, ni le scénariste, qui doit lui aussi faire partie de la police tellement son incompétence en la matière semble grande...L'intrigue, on l'aura compris est complètement abracadabrantesque et comme de toute façon les rares moments intéressant sont aussitôt  coupés par une scène de "cul", plus ou moins mal filmée, et tombant généralement comme un cheveu sur la soupe, on se désinteresse assez vite de ce mauvais giallo. En fin de compte, après avoir visionné ce navet, la seule chose que l'on aura comprise, c'est que le film n'a pas été rebaptisé "Eroticofollia" pour rien...
  le film est sortit en DVD, couplé avec un autre titre : "Black Candles"  mais aussi tout seul en Allemand ou en Anglais

Partager cet article

Repost 0

commentaires