Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : un blog sur le giallo, ce genre particulier du cinéma Italien ainsi que sur les genres s'en rapprochant: le Krimi, le Poliziotto, le slasher movie
  • Contact

Recherche

27 juin 2008 5 27 /06 /juin /2008 06:35

3è époquue: l'age d'or (suite)

Nero veneziano, 1978, réalisé par Ugo Liberatore, (Italie), avec Renato Cestie (Mark), Rena Niehaus (Chrtsine), Yorgo Voyagis (Dan), Fabio Gamma (George), José Quaglio (Père Christophe), Olga Karlatos (Olga). Mark vient de débarquer à Venise, avec sa sœur Christine, qui lui sert de guide. Car Mark est aveugle, ce qui ne l’empêche pas d’avoir un don de double vue. Don qui va le mettre en fâcheuse posture car dans ses visions, Mark voit unejeunes femme se faire poignarder, au moyen d’une canne-épée, par un mystérieux homme en noir. Un jour Christine rencontre l'homme, qui s'appellerait Dan, en tombe amoureuse au point d'attendre un enfant de lui. Le seul hic, c'est que, malgré sa grossesse et son accouchement (prématuré, dans une gondole) CHristine est toujours vierge. Mark devient persuadé que Dan n'est autre que le diable et son neveu le fils du mal. Evidement dans son entourage, non seulement personne ne le croit, mais tous ceux qui croisent la route de Mark, Christine ou Dan, meurent d'une façon aussi atroce que mystérieuse.

Un giallo très bizarre, qui sent bon l’influence d’un Lucio Fulci. D’autant plus qu’il règne sur l’atmosphère du film une ambiance un brin … satanique (les critiques de l'époque ont comparé le film à "Rosemary's baby", ce qui laisse supposer qu'ils avaient du rater la projection de l'un ou l'autre des films pré-cités...). Ca commence par un enterrement  typiquement venitien, et de la première à la dernière image, le réalisateur Ugo Liberatore (connu surtout comme étant un scénariste de films d'aventures) ne vas pas nous laisser une minute de répit. Les meurtres sont assez nombreux et surtout très violents (entre autres réjouissances, une femme meurt brulée vive dans une église, un prètre est décapité par l'hélice d'un vaporetto, un homme a des clous plantés dans la tête et les mains au cours d'une orgie et un nourrisson est lancé contre une sculpture métalique hérissée de pointes sur laquelle il vient s'empaler). La musique de
Pino Donaggio (compositeur entre autre de la musique de « Carrie » de Brian de Palma) souligne à merveille les moments les plus dramatiques du film. Il est amusant de constater que les 3 acteurs principaux ont tournés dans des films ayant un titre se rapportant au Bien et au Mal. Renato Cestie, avait déja joué dans le giallo "Il diablo nel cervello",  dans lequel il n'avait alors que 9 ans... Le clone teutonique de Sophie Barjac, Rena Niehaus, jouera dans un autre giallo (plus érotique que giallesque) "Arabella, l'angelo Nero". Quand à l'acteur grec Yorgo Voyagis, il restera surtout connu comme ayant interprété le père de Jésus, Joseph, dans la série télévisée "Jésus de Nazareth". Décidément, les voies du seigneurs sont drolement impénétrables...
 le film est sortit en VHS
  et en DVD dans plusieurs pays.

Partager cet article

Repost 0

commentaires