Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : un blog sur le giallo, ce genre particulier du cinéma Italien ainsi que sur les genres s'en rapprochant: le Krimi, le Poliziotto, le slasher movie
  • Contact

Recherche

22 juillet 2008 2 22 /07 /juillet /2008 08:53

4è époque: « Le dernier train de l’ennui ». 

Delitto carnale
, 1983, réalisé par Cesare Canevari (Italie), avec Marc Porel , Sonia Otero, Fulvio Ricciardi, Moana Pozzi, Dirce Funari. Le propriétaire d’un hotel relativement luxueux (pour ne pas dire luxurieux...) décède dans d’étranges circonstances. Sa nièce, après l’enterrement, va recevoir ceux qui sont venus lui rendre un dernier hommage. Bientôt, l’alcool aidant, chaque participant se livre à toutes les débauches sexuelles imaginables (on nage dans le luxe et la luxure donc...). Pendant ce temps, un maniaque va trucider un à un tous les invités…

Et dire que " Delitto carnale" est le dernier film de Marc Porel, qu’une méningite emportera quelques mois plus tard. A croire, d'après Barbara Magnolfi, son épouse , qu'il n'avait plus toute sa tête. Que penser de ce giallo, qui en fait est plus un porno soft (la présence de la future star du X, Moana Pozzi tente à le prouver, preuve en est qu'il ressort souvent en video avec la photo de la belle, uniquement, dénudée en couverture, présenté comme un chef d'oeuvre de l'érotisme, avec oarfois plusieurs inserts hard, pour mieux le vendre certainement) qu’un giallo, même sexy. Sous l’œil éteint du réalisateur, les scènes de sexe entre lesbiennes sont d’un ennui tellement mortel, que l’on attends avec hâte que l’assassin vienne y mettre fin. Et c’est qu’il tarde cet abruti ! A noter quand même, il n'y a que le ridicule qui ne tue pas dans ce film, que l'on doit la découverte de son identité à Shakespeare ! On ne fait pas d'Hamlet sans casser les oeufs parait-il ! Cesare Canevari est surtout connu pour avoir mis en scène (je sais, ce n'est certainement pas la formule la plus adaptée...): "Io Emmanuelle" (la toute  première version du roman d'Emmanuelle Arsan, "Emmanuelle" avec Erika Blanc, qui ne connaitra vraiment le succès que sous les jolis traits de Sylvia Kristel quelques années plus tard) et aussi le Beurkissimal "L'ultima origia del IIIe Reich", chef d'oeuvre d'un genre alors en vogue la Naziploitation.

Partager cet article

Repost 0

commentaires