Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : un blog sur le giallo, ce genre particulier du cinéma Italien ainsi que sur les genres s'en rapprochant: le Krimi, le Poliziotto, le slasher movie
  • Contact

Recherche

9 août 2008 6 09 /08 /août /2008 15:19

4è époque: le train-train de l'ennui (suite)

Camping del terrore (Body count), 1987 realisé par Ruggero Deodato (Italie / USA), avec Mimsy Farmer, (Julia Ritchie), Bruce Penhall (Dave Calloway), David Hess (Robert Ritchie), Luisa Maneri (Carol), Nicola Farron (Ben Ritchie), Andrew Lederer (Sidney) , Stefano Madia (Tony), John Steiner (Docteur Olson), Nancy Brilli (Tracy), Cynthia Thompson (Cissy), Valentina Forte (Pamela Hicks), Ivan Rassimov (Sherif Ted), Elena Pompei (Sharon), Charles Napier (Shérif Charlie), Sven Kruger (Scott). Un groupe d'adolescents décide de camper au coeur d'une magnifique forêt du Colorado, et ce malgré les avertissements du shérif, du gardien et de la moitié de la population locale qui ont été témoins, il y a déja plusieurs années, du massacre de plusieurs autres adolescents par un dément qui n'a jamais été attrappé.

Comment ? Vous n'entendez pas "Kill.. kill... kill..." à chaque fois que la brunette de service enlève son soutien-gorge pour mieux se faire "égorger" ? Ben, c'est normal, on est pas dans "Vendredi 13" ! Ah, vous trouvez vous aussi que cela ressemble beaucoup à "Vendredi 13" ? Normal, on est en quelque sorte dans ce que l'on pourrait appeller facheusement un plaggiat !!! Quel rapport avec le giallo ? Aucun, si ce n'est la présence au générique (plus que dans le film) de Mimsy Farmer et d'Ivan Rasimov, ce qui a certainement du contribuer à classer ce film dans la série des gialli plutot que dans la catégorie "Slasher". Le seul intérêt du film est qu'il a été écrit par l'arrière petit fils de Jack l'éventreur, qui était alors agé de 8 ans et qui après que sa mère lui ait lu (à la suite sans s'arréter) "Barbe Bleue", "Le petit Poucet" et "La petite Fadette", eut un terrible trip post-biberonal qui lui fit cracher en une seule soirée le script de ce film assez exceptionnel de Ruggero Deodato (entendre par la que, Dieu merci, ce navet reste tout de même une exception dans la carrière du père des "Cannibals"). A oublier très vite!
 le film est sortit en VHS et en DVD

Partager cet article

Repost 0

commentaires