Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : un blog sur le giallo, ce genre particulier du cinéma Italien ainsi que sur les genres s'en rapprochant: le Krimi, le Poliziotto, le slasher movie
  • Contact

Recherche

7 août 2008 4 07 /08 /août /2008 19:05

4è époque: le train-train de l'ennui (suite)

Morirai a mezzanotte, (Midnight horror), 1986, réalisé par John Old Jr, (Italie), avec: Valeria D'Obici (Sarah Berardi), Léonardo Treviglio (Nicola Levi), Paolo Malco (Inspecteur Terzi), Lara Wendel (Carol Terzi), Lea Martino (Gioia), Eliana Miglio (Monica), Peter Pitsch (Franco Tribbo). Un affreux psychopathe terrorise toute une ville avec une longue série d'homicides. Un officier de police, dont la femme vient d'être assassiné, est soupçonné par les hautes autorités du coin, qui le soupçonnent de se venger ainsi de son épouse infidèle. Seule une criminologiste le croit innocent, d'autant plus que cette série de meurtres lui rapelle une autre série commise une dizaine d'années plus tô. Seul petit grain de sable dans sa thèse: le meurtrier, que l'on appellait alors "Le tueur de Minuit" (Brrrrr!!!!) serait mort, dans un incendie, il y a déja 10 ans de cela.

,Le ridicule ne tuant pas, lui,  revoici donc Lamberto Bava ! Plus fidèle à lui même que jamais, de plus en plus mégalomane  de plus en plus mégalomane (il signe le film sous un pseudonyme, John Old jr, ce qui lui permet de mettre en gros sur les affiches: Lamberto Bava présente... un film de John Old Jr, rien que cela !) et de moins en moins bon réalisateur (ce qui était dur à faire, mais il y est arrivé..! Et tout seul, en plus !). Ca commence très mal: une femme tente de poignarder au pic à glace (pourtant une bonne idée...) son mari, mais comme elle est blonde, elle le rate!. Pendant que celui-ci court chercher de l'aide, elle se fait assassiner, sous la douche, c'est bon pour le suspens... La police, donc les collègue du brave mari qui est inspecteur, croient que c'est notre pauvre héros l'assassin. A leur décharge, ils viennent de rater la séquence d'avant! C'est à dire pourtant pas grand chose. De toute façon, ces braves flics, tout comme nous, ne vont pas comprendre grand chose à la suite des évènements. Certes il y aura pas mal de meurtres, certes, notre brave inspecteur Terzi connaissait toutes les victimes (l'infirmière, la cliente de l'hotel etc...) mais bon, ce serait trop simple! Alors sa copine Sarah, qui est aussi criminologiste à ses heures perdues, va faire le rapprochement entre cette série de meurtres et une autre commise dix ans plus tôt! Et va raviver la flamme du souvenir. Là, tout devient plus clair. Enfin normalement devenait devenir plus clair, car Lamberto bavouille une fois de plus et s'embrouille non seulement le canif,mais aussi les pinceaux. Le pauvre spectateur n'a plus qu'à subir une longue et très ennuyeuse série de crimes avant qu'un des protagonistes de l'histoire, un étudiant (gnan-gnan) ne  sorte la tirade la plus ridicule de l'histoire du cinéma de ces deux cent cinquante dernières années sur l'identité présumée de l'assassin. A ce moment de l'histoire, 115% des spectateurs ont déja quitté la salle. Le film peut donc se terminer par une queue de poison, tout le monde s'en fout! Lamberto, lui s'en moque pas mal, il a réussit à s'échapper de l'asile d'aliéné ou on devait l'enfermer et a promis de réaliser, dès qu'il le pourra, d'autres navets, encore plus déments ! On est pas sortit de l'auberge, moi je vous le dit !
 
 Le film existe en VHS et DVD

Partager cet article

Repost 0

commentaires