Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : un blog sur le giallo, ce genre particulier du cinéma Italien ainsi que sur les genres s'en rapprochant: le Krimi, le Poliziotto, le slasher movie
  • Contact

Recherche

18 août 2008 1 18 /08 /août /2008 08:23

4è époque: le train-train de l'ennui (suite)

Pathos - segreta inquietudine, (La nuit bleue), 1988, réalisé par Piccio Raffanini, (Italie), avec Gérard Darmon (Georges), Virginia Hey (Diane), Giora Scola (Valérie), Dario Parisini (Lieutenant Arnold), Carin McDonald (Kim), Teagan Clive (Teagan Morrison), Eva Grimaldi (Pearl), August Darnell (le bookmaker). Tous les mannequins ayant posé pour une certaine Diane, photographe à la mode, sont assassinées les unes après les autres. L’inspecteur Arnold, chargé de traquer ce sérial killer soupçonne tout le monde et personne à la fois. Pour mener à bien sa rude tache, il va etre obligé de pénétrer le milieu sexuel underground Romain, qui n'a rien de romanesque...

Ce n’est pas avec cette daube incommensurable que le giallo retrouvera ses lettres de noblesse. Histoire classique se déroulant dans le milieu branché de la mode et de la photo, aucun cliché donc ne semble avoir échappé au scénariste qui a du être largement (sur)payé pour concoter un tel ramassis de « déjà vu ». Contrairement à sa collègue Laura Mars, la belle Diane ne voit pas les meurtres se dérouler dans son viseur d’appareil photo. Contrairement à sa collègue Faye Dunnaway, Virginia Hay n’a aucun talent.Le metteur en scène Piccio Raffanini (qui semble être droit sortit du petit monde underground du film porno, puisqu’il semble beaucoup plus à l’aise dans la mise en scène des séquences de bondage que dans les trop rares moment d’action et de suspens ) lui non plus n'a aucun talent pour intereser, ne serait-ce qu'un peu, ses pauvres spectateurs et ce giallo sans queue ni tête (ce qui a du changer son réalisateur…) reste insipide à souhait. Gérard Darmon tente, vaille que vaille, de s’interesser au scénario, mais il faut dire , à sa décharge, qu’il n’est en aucun cas aidé par ses partenaires, parmi lesquels le cinéphile attentioné reconnaître, dans le rôle du bookmaker, le chanteur Kid Créole (caché sous le nom d’August Damell), venu, on se demande bien pourquoi dans un film de ce type, sans ses Coconuts…
Le film est sortit en france en VHS

Partager cet article

Repost 0

commentaires