Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : un blog sur le giallo, ce genre particulier du cinéma Italien ainsi que sur les genres s'en rapprochant: le Krimi, le Poliziotto, le slasher movie
  • Contact

Recherche

22 août 2008 5 22 /08 /août /2008 17:11

4è époque: le train-train de l'ennui (suite):

La Morte è di moda,
1989 réalisé par Bruno Gaburro (Italie), avec : Anthony Franciosa (Inspecteur Rizzo) , Miles O’Keeffe (Docteur Gianmarco Contini), Teresa Leopardi (Gloria), Maria Giulia Cavalli (Olga Bioni), Timothy Brent (Giorgio), ted Rusoff (le notaire). En revenant d’un défilé de mode, Gloria, Top model de profession (je précise, car cela ne se voit pas forcément...) est le témoin involontaire de l’assassinat d’une femme dans une maison abandonnée.  Interrogée à l’hôpital, où elle a été conduite en état de choc, personne ne l’a croit étant donnée que cette villa, qui appartenait à une comtesse allemande nommée Greta Stella, est inhabitée depuis une vingtaine d’année. Et rien à l’intérieur de cette mystérieuse maison ne semble indiquée qu’il y a eu crime. Le docteur Contini, psychiatre de renommée internationale, accepte cependant d’aider la jeune femme et grâce à plusieurs séances d’hypnose, va essayer de l’aider à se souvenir de la scène de crime.

Difficile d’imaginer un giallo moins captivant, même si celui-ci se déroule (une fois de plus, ce qui montre l’originalité du film) dans le milieu de la mode. L’intrigue n’ est qu’une suite ininterrompue d’inepties incongrues : parce qu’elle tombe en panne de voiture devant une villa isolée, Gloria rentre sans complexe à l'ntérieur de la maison, qui semble abandonée, pour téléphoner. Elle assiste à un meurtre mais ne voit pas le visage de son assassin car il est de dos. Elle s’évanouit, et, au lieu de la tuer (l’occasion rêvée pour n’importe quel assassin normalement constitué), le tueur fait le ménage et puis s’enfuit, laissant la, sans même la violer, la pauvre Gloria, évanouie. Hospitalisée (qui a prévenu la police et le SAMU?), la pauvre est en état e choc mais veut raconter à qui veut l'entendre, c'est à dire personne, qu'elle a vu un meurtre. Bien sur comme elle est blonde personne la croit puisque la villa est en plus abandonnée depuis plus de vingt ans (donc il y a prescription?).. Seulement, le tueur, qui a du réfléchir entre temps, va essayer de  tuer ce témoin devenue génant (alors qu'il l'avait sous la main, on croit réver !) à plusieurs reprises (et à chaque fois il va échouer! Certains feraitent mieux de changer de métier ou d'être plus assidus aux stages de formations professionls de l'ANPE… !). En résumé, sinon on va être encore plus pénible que le film... le policier qui est chargé de l’affaire est plus passionné par la pêche à la ligne que par son enquête. le beau docteur qui soigne la jeune fille et qui voudrait essayer de l’aider, n’est autre qu’un des descendants de la fameuse comtesse chez qui s’est déroulé « le crime ». Le hasard fait donc une fois de plus bien les choses… et cela permet à notre psy de passer de l'état supposé de PSYchiatre à celui supposé de PSYchopathe et donc de devenir le principal suspect de cette enquète qui n'avance pas bien vite!  Ah oui, l’assassin est bien sur celui auquel on devrait s’attendre le moins, ce qui fait que l’on sait très rapidement de qui il s’agit. Donc, scénario nul, mise en scène aussi nulle et acteurs encore plus nuls La palme d'or revenant à Miles O'Keefe, qui n'ayant pas réussit à) faire carrière aux USA ("Tarzan" avec Bo Derek), ni en France ("SAS à San Salvador" avec Sybil Danning...y'a des métiers pénibles!), a tenté, vainement de faire carrière en Italie ("Ator  l'invincible" avec Laura Gemser). Mais quand on est pas doué, on est pas doué !!!! Seul Anthony Franciosa semble sortir des Ténèbres, il est vrai que...
. Le film est sortit en DVD

Partager cet article

Repost 0

commentaires