Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : un blog sur le giallo, ce genre particulier du cinéma Italien ainsi que sur les genres s'en rapprochant: le Krimi, le Poliziotto, le slasher movie
  • Contact

Recherche

11 septembre 2008 4 11 /09 /septembre /2008 08:43

4 è époque: le train-train de l'ennui (suite):

La Stanza accanto,
1994, réalisé par Fabrizio Laurenti, (Italie), avec Mark Benninghoffen (Martin Yakobowsky), Thomas Patrick (Ray Waits), Mary Sellers (Grace Waits), Coralina Cataldi-Tassoni (l’infirmière). Massimo Sarchielli (Desmond), Jeanne Chandler, Linda Brinkerhoff, Robert Bernachhi, Cesare Castellin Jeff Adamson, Alberto Lonardi.. Après 15 ans passés à Chicago, Martin Yakobovsky, qui entre temps est devenu un brillant avocat, est obligé de revenir dans son village natal pour participer à l'ouverture de testament. Il décide de loger dans le vieil hotel de la ville, mais, à peine installé, il est en proie à de violentes hallucinations ou il revoit des meurtres qui jadis endeuillèrent son entourage. Il revoit ainsi l'assassinat d’une jeune femme, Ketty, pour lequel un homme a été envoyé à la chaise électrique. Mais dans ses cauchemars, le meurtrier n’est pas le même. Martin va essayer,seul contre tous, de faire éclater la vérité.

Pour certains, ce film de Fabrizio Laurenti serait la suite directe (et non avouée) de « La casa dalle finestre che ridono ». Ce qui pourrait paraître curieux vu que l’action se déroule 40 ans avant, dans un tout autre endroit, avec d’autres personnages et que le sujet n’a rien à voir , de près ou de loin, avec celui-ci. Mais comme "la Casa dalle finestre che ridono" m'a paru lors de sa vision complètement incompréhensible, je peux me tromper... Seuls points communs apparement si je ne m'abuse entre ces deux réalisations: les histoires sont aussi iabracadabrantesques  l’une que l’autre, ce qui semble être normal vu que à chaque fois le scénario a été écrit par Pupi D’Avanti (qui avait aussi co-signé le scénario de « Salo ou les 120 jours de Sodome » de Pasolini, qui n’est pas ce que l’on pourrait appeler un giallo et qui semble n'avoir pas grand chose à voir avec les deux films précédement cités….). En tout cas, il y a quelques scènes de carnage légèrement gore (notament l'éviscération d'une femme enceinte) à l'arme blanche (un rasoir et un pic à glace entre autre) qui font que l'on pourrait éventuellement classer ce film dans la catégorie des gialli.. Mais on n'atteint jamais la qualité des films des années 70... N'est pas Mario Bava qui veut!
  
Le film est sortit en VHS et en DVD

Partager cet article

Repost 0

commentaires