Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : un blog sur le giallo, ce genre particulier du cinéma Italien ainsi que sur les genres s'en rapprochant: le Krimi, le Poliziotto, le slasher movie
  • Contact

Recherche

13 septembre 2008 6 13 /09 /septembre /2008 09:05

4è époque: le train-train de l'ennui (suite):

L’Assassino è quello con le scarpe gialle 1995, réalisé par Filippo Ottoni, avec Pavel Angelov, Fabio Camili (Rosencranz), Dario Cantarelli (Otto), Mariana Xagicristova (Tante Agathe), Roberto Ciufoli (Roberto), Rossana Di Lorenzo (Rossana), Francesca Draghetti (Francesca), Tiziana Draghetti (Tiziana), Pino Insegno (Pino) Paola Maffioletti (Dora), Guiseppe Quintale (le clochard). La richissime Tante Agathe vient de nommer Roberto Spaventa comme étant son unique héritier, à charge pour lui de restaurer le Théatre Ducal en y faisant jouer une pièce et ce dans le mois suivant la lecture du testament, sinon il perdra la totalité de l’immense fortune que lui lègue la tantine. Bien qu’effrayé, Roberto décide donc de monter la fameuse pièce de Shakespeare "Hamlet". Car ce n’est pas l’ampleur de la tache qui effraye notre jeune héros, mais le fait que dans ces mêmes lieux, vingt-cinq ans auparavant, Roberto a vu un de amis s’y faire assassiner. De tout cela, Roberto ne se souvient pas de grand chose, si ce n’est que le meurtrier portait de drôles de chaussures... jaunes! Mais si lui ne se souvient de rien, il n’en est pas de même pour l’assassin, qui recommence à tuer. D’abord un des ouvriers va être retrouvé décapité, puis ce sera un charpentier et enfin les comédiens vont commencer eux aussi à mourir, soit poignardés, soit empoisonnés...


Traité sur le mode parodique, ce giallo a tout du téléfilm du samedi soir, destiné à la ménagère de plus de 50 ans qui vient de finir de ranger ses balais et ses brosses et va pouvoir enfin regarder son petit écran tout en se faisant sécher les bigoudis sur la tête. Sans grande originalité, Filippo Ottoni reprends les bases mêmes d’un scénario giallesque (un mystérieux assassins, plein de victimes qui se font larder de part en part). Le tout dans un décor de théatre. Rien de très nouveau donc, puisque cela rapelle a pêu de chose près le scénario de "L’assassino ha riservato nove poltrone"). Evidement comme les comédiens interprètent une pièce de Shakespeare, leurs morts se confondent parfois avec celles de leur rôle (facile, mais cela avait déja été fait une bonne vingtaine d’années auparavant dans le remarquable "Théatre de sang" ou Vincent Price assassinait une bonne demi douzaines de critiques selon les méthodes de l’oncle William). Les meurtres sont évidement moins spectaculaires que dans "Bloody bird" (ou la aussi un assassin tuait tous ceux qui se trouvaient en train de répéter une pièce dans un théâtre). Hélas, le film ne décolle vraiment jamais, tout semble réglé comme du papier à musique,  chaque "événement" est tellement prévisible qu’on s’attend a la fin à voir Miss Marple sortir de derrière le rideau rouge avec son tricot à la main et s’écrier "Mais bon sang, mais c’est bien sur..." avant de nous désigner l’assassin dont on avait déja deviné l’identité au moins une bonne demi-heure avant elle! Décevant.

Le film est sortit en Italie en VHS et DVD

Partager cet article

Repost 0

commentaires