Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : un blog sur le giallo, ce genre particulier du cinéma Italien ainsi que sur les genres s'en rapprochant: le Krimi, le Poliziotto, le slasher movie
  • Contact

Recherche

15 septembre 2008 1 15 /09 /septembre /2008 07:54

4è époque: le train-train de l'ennui (suite):

Fotogrammi mortali (Fatal frames), 1996, réalisé par Al Festa, (Italie), avec Stefania Stella (Stefania Stella), Rick Gianasi (Alex Ritt), Alida Valli (Comtesse Alessandra Mirafiori), Leo Daniel (Daniel Antonucci), Rossano Brazzi (docteur Lucidi). Donald Pleasance (Professeur Robinson), Ugo Paliati (le Commissaire Valenti), Geoffrey Copleston (Fairbrain), David Warbeck (Commissaire Bonelli). A New-York, le réalisateur de clip vidéos Alex Ritt a du mal à se remettre de l’assassinat de sa femme, tuée par un sérial killer, d'un gere un peu spécial, qui se fait appeler «Ze vidéo killer »,car, pour se démarquer de ses confrères certainement, il filme l'agonie et la mort de ses victimes avant d’en envoyer une copie VHS à la police, qui préfère de toute façon cela à n'importe quel programme de TF1. Déprimé, Alex se laisse donc convaincre par son entourage de partir à Rome (ou tous les chemins mènent) afin de tourner le clip de la dernière chanteuse à la mode, la très célèbre (et néanmoins inconnue , puisqu'elle n'a jamais fait partie du casting de "Star-Académioche" ni de celui de "la nouvelle Tare"!) Stefania Stella. Mais notre assassin, qui (et c'est le bien le seul dans ce film...) a de la suite dans les idées, va suivre le pauvre Alex à Rome et, pourquoi changer une équipe qui gagne, va continuer à décimer tous ceux qui travaillent de près ou de loin avec le pauvre Alex . Tandis que le FBI se dépèche de dépêcher un de ses meilleurs profilers, le professeur Robinson (appelé ainsi car il s'est engagé dans la police un vendredi...?),  la police Italienne, en l’occurrence le commissaire Valentini, ne reste pas en reste et mène , elle aussi, de son coté sa propre enquête. D'ailleurs le premier suspect ne tarde pas à être Alex (ben ooais koi, il est pas loin a chaque fois et il met en scène des vidéos clips, alors je m'escuze, ooooais, mais y kom ki dirais con et cordance!). Et pendant ce temps là, Stéfania Stella n'en finit pas d'assassiner, en toute impunité, la chanson italienne !

A ceux, nombreux qui me diront que ce n'est pas possible, que Stefania Stella a du coucher pour avoir le rôle, je rétorquerais qu'ils ont raison! Non pas que je sois en possession du dernier numéro de "Coin de rues et Immages immondes" pour pouvoir sereinement l'affirmer, mais parce-ce que tout le monde (sauf ceux qui viennent de me poser la question, bien sur:) sait que Stefania Stella n'étaitt autre que la femme du réalisateur (le grand mot!) à l'époque, et même la co-productrice de ce giallo. Chanteuse ? ah, ça non, je n'ai aucune info la dessus !
Bon, alors plutôt que de lui offrir un gros diamant (Burton l'avait déja fait pour Liz Taylor, donc...), Al Festa (je ne sait pas pourquoi, ce nom la pue le pseudonyme anonyme), Alfonso donc préféra offir à sa femme de jouer avec deux grandes stars du cinéma: Alida Valli et Donald Pleasance (qui tous deux avaient des arriérés d'impots importants à régler fissa-fissa!). Cela donne donc ce giallo monumental, ou label Stella, croyant jouer dans "Un Décolleté nommé Désir" nous prouve que certaines excroissances de certaines anatomies, aussi redondantes soient-elles, peuvent n'avoir aucun intérêt si une once (voir même un demi-gramme) de talent ne les accompagne pas. Physiquement entre le nain de jardin de la tante Agathe (pour la taille), Cher (pour le coté je suis-refaite-de-partoooooooout !) et Donna Summer pour... les cheveux frisés (pour la voix, cela aurait été trop beau !), Stéfanée Stella n'a, on l'aura compris, pas grand chose pour elle si ce n'est qu'elle est dotée d'un organe vocal rappellant étrangement les oies du Capitole et est dépourvue de tout talent, même latent (on a la meme chez nous en blonde et en moins grosse : Ophelie Winter!). Mais on s'en fout, après tout, c'est surtout à son mari que cela a du couter...Car produire un tel navet a du couter cher. Et quand on voit le résultat! Certes tout le monde ne s'appelle pas Luc Besson, mais quand on a pas le même talent, autant ne pas essayer de dépenser les mêmes sommes pour faire un film... Ici, on ne peut pas dire que tout frise le ridicule (bien que Stefania soit très frisée... normal pour une romaine! quelle salade !) mais c'est pas loin! Certes les meurtres sont originaux (à la machette cette fois-ci) mais la manière dont ils sont filmés gache tout!!! Moitié "on live", je te massacre la belle fille que voila à grands coups de machette dans l'estomac et dans la tronche, (oh ouaiiiis surtout dans la chetron de cette salooooope !), moitié je suis le tueur qui filme la scène du crime avec un petit camescope acheté au noir au marcé aux puces et alors là, les petits films super 8 des vacances d'Oncle Paul au camping de Saint Jean-de-Monts deviennent des chefs d'oeuvres Viscontiens à coté! Le scénario n'est pas dénué d'intérêt (quoi que hyper déja vu!) mais il est très mal développé. Les comédiens (enfin, ceux qui ont du talent, c'est à dire Alida Valli et Donald Pleasance) sont sous-exploités. Et, cerise pourrie sur le gateau, le personnage du tueur (personnage principal ou presque dans tout bon giallo qui se respecte) est tellement ridicule qu'on devine très vite de qui il sagit! Rien qu'a voir la façon "préciosé" dont il se déplace, dont il frappe ses victimes à grands coup de sabre (oooooh zout, yé mé souis cassé une ongléééé!) et à la manière dont "il "met en scènes les meurtres, on devine bien vite hélas qui se cache sous ce masque et cette grande cape noire (un indice ? non, ce n'est pas Zorro!). Il ne reste plus qua s'interesser au  motif qui pousse donc ce tueur d'opérette à s'en prendre à toutes ces jolies filles qui de près ou de loin tournent autours du beau réalisateur (dans le film) , mais apparement le scénariste a oublié ce détail...Que tout le monde se rassure, le ridicule ne tuant pas, tout ceux qui ont joués dans ce films ne sont pas mort (même de rire) à la fin du tournage! Ici, il n'y a que le temps qui a été tué... Et c'est déja beaucoup trop!
Le film est sortit en Italie en DVD. Priez (Benoit 13 et 3 est a Lourdes en ce moment, c'est le temps idéal pour un miracle) pour qu'il ne franchisse jamais nos frontières...

Partager cet article

Repost 0

commentaires