Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : un blog sur le giallo, ce genre particulier du cinéma Italien ainsi que sur les genres s'en rapprochant: le Krimi, le Poliziotto, le slasher movie
  • Contact

Recherche

23 septembre 2008 2 23 /09 /septembre /2008 16:45

4è époque: le train-train de l'ennui (suite):

La sindrome di Stendhal (Le Syndrome de Stendhal), 1996, réalisé par Dario Argento (Italie), avec Asia Argento (Anna Manni), Thomas Kretschmann (Alfredo Grossi), Marco Léonardi (Marco Longhi), Luigi Diberti (Inspecteur Manetti), Paolo Bonacelli (Docteur Cavanna), Julien Lambroschini (Marie), John Quentin (le père d’Anna). Anna  Manni est une jeune inspectrice de la brigade Anti-Viol de Turin. Pour les besoins d'une de ses enquètes elle se rend à Florence. La, en visitant un musée, elle s'évannouit  en regardanr un tableau, victime du "Syndrome de Stendhal" (une maladie psychosomatique, dite "maladie du voyageur", qui s'attaque surtout à des sujets hyper- sensibles, et provoque chez eux, notament lors de grands troubles émotionnels ressentit lors de la vision d'une oeuvre d'art,  des vertiges et des hallucinations pouvant conduire à l'évanouissement). Elle se réveille quelques minutes plus tard, complètement amnésique. refusel'aide d'un sympathique quidam, le beau Alfredo, retrouve dans son sac à main les clefs de sa chambre d'hotel, ou elle se rend et s"évannouit de nouveau en regardant  un tableau posé sur le mur. Finalement, à son réveil, Anna se souvient qu'elle est venue à Florence pourchasser un sérial killer qui a la facheuse manie de violer ses victimes avant de les tuer. Comme ce sont généralement les cordonniers les plus mal chaussés, notre inspectrice de la brigade Anti-Viol est kidnappée et violée par le tueur en question qui n'est autre qu'Alfredo. Elle réussit miraculeusement à lui échapper, mais n'en demeure pas moins traumatisée, allant jusqu'à suivre une psychanalise et devenir blonde (c'est dire le traumatisme) pour tenter d'échapper au violeur et à ses souvenirs... Hélas, mais que fait la police, le tueur la retrouve quand même, la kidnappe de nouveau, mais elle arrive, une fois de plus, à se liberer et à tuer son agresseur en le faisant tomber dans une rivière. Ouf !
Mais ce n'est pas fini (ce serait trop beau!). Peu de temps après, elle fait la connaissance d'un jeune homme, étudiant les beaux arts, dont elle tombe amoureuse, mais qui est mystérieusement assassiné peu de temps après. Puis c'est au tour de son psychiatre de finir sous le divan la gorge en sang. Qui en veut donc à ce point la belle Anna ? Certainement pas le fantôme d'Alfredo, puisqu'on vient de repecher son corps sans vie au fond de la rivière. La vérité est ailleurs et malheureusement  Mulder et Scully ne sont pas la pour nous la dévoiler.



Décidément, Dario Argento n'en finit pas de nous étonner, malheureusement pas comme on le voudrait ! "Tourné presque 10 ans après "Opéra", Argento n'a toujours pas compris les raisons de ses précédents échecs et refaits les mêmes erreurs (ou presque). Entre autre, le choix d'un casting iconoclaste et complètement "hors sujets" (on aura compris depuis longtemps qu'Argento aime avoir des petites jeunettes comme héroInes- encore un complexe a rajouter au tableau!). Malheureusement le choix de sa flle Asia se révèle être une erreur monumentale. car elle es beaucoup trop jeune pour interpréter un inspecteur de police (qui plus est spécialisée dans la traque des sérials violeurs !!!). A elle toute seule, elle décridibilise le film en entier.C'est d'autant plus dommage que pour une fois, les personnages étaient relativement bien écrits, Dario Argento ayant, enfin, réussit à analyser et montrer les diffèrentes névroses de ses personnages.  Seul Thomas Kretschmann dans le rôle complètement déjanté d'Alfredo le tueur est relativement crédible, un tueur psychopathe à souhait, qui joue au chat et à la souris avec sa victime préférée, Anna, la violant, l'humiliant, la blessant sans pourtant jamais la tuer, mélant ainsi son sang au sien, comme s'il désirait qu'Eros et Thanatos assistent au même banquet! On soulignera quand même la réussite des maquillages, due à Franco Casagni, qui évite au film de tomber dans la gaudriole cher au cinéma Bis transalpin des années 90 (comparé au films de Fulci, ce giallo d'Argento est une réussite au niveaux des effets sanguignolents).Malheureusement cela ne sauve pas le film tout du moins à mes yeux car beaucoup l'ont trouvé excellent. Que chacun donc se fasse sa propre opinion, le film est sortit en DVD dans toutes les langues (ou presque).

Partager cet article

Repost 0

commentaires