Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : un blog sur le giallo, ce genre particulier du cinéma Italien ainsi que sur les genres s'en rapprochant: le Krimi, le Poliziotto, le slasher movie
  • Contact

Recherche

28 octobre 2008 2 28 /10 /octobre /2008 11:14


Comme vous avez pu le constater tout au long de la lecture de mes differentes critiques de films, il y a un personnage qui revient souvent  dans le giallo: l'homosexuel(le). Et il ne fait pas bon d'être homo dans un giallo. En effet, dans 95% des films, ce genre de personnage finit mal - surtout si c'est une femme! Car,  rappellons nous que l'italie dans les années 60-70-80 est encore TRES TRES machiste! Et donc, paradoxellement, si le spectateur italien n'a rien contre la vision (érotique) de deux femmes qui se bécotent et s'enlacent tendrement, il faut quand même que la morale judéo-chrétienne soit sauvegardée à la fin! La lesbienne finira donc soit éventrée, soit la gorge taillédée, soit clouée, soit ébouillantée, soit étoufée avec sa petite culotte, ou que sais-je encore, mais en tout cas elle n'en réchapera pas (ou alors vraiment de justesse!). Et si elle est noire, en plus, alors là elle mourra à coups surs! La lesbienne est donc LA  victime idéale, sur laquelle le tueur peut se défouler sauvagement sans être (trop) inquiété ni par la censure puisqu'elle incarne à elle seule le vice, le lucre et le stupre... Une situation dont les scénaristes de gialli vont bien profiter.


La première de tous les personnages de lesbiennes du giallo fut sans conteste celle du film de Mario Bava I Tre volti della paura (Les trois visages de la peur), réalisé en 1963,  avec Michèle Mercier (Rosy), Lidia Alfonsi (Mary),Milo Quesada (Frank).

Le film est compopsé de trois sketchs (« Le téléphone », « Les Wurdalaks » et « La goutte d’eau ». Dans le sketch qui nous intéresse, « Le téléphone »,  la belle Michèle Mercier, alias Rosy, est harcelée au téléphone par une voix inconnue qui lui annonce qu’elle va bientôt mourir. Rosy est persuadée qu’il s’agit de Frank, son ancien souteneur, qui vient de s'évader de prison ou il avait été envoyé suite au témoignage de l'angélique demoiselle. Apeurée, elle appelle sa voisine, Mary, qui n’est peut être pas en fait la personne idéale … En effet, l'auteur des coups de téléphone n'est autre que cette sale garce de Mary, qui avait été jadis évincée par Rosy qui c'était  rendu compte des penchants saphiques de sa voisine. Mary a donc profité de l'évasion de Frank pour jouer ce tour de cochon (ne) à celle qu'elle désire en secret, afin que Rosy s'appercoive à quel point Mary l'aime et surtout à quel point elle a besoin de Mary. Elle paiera bien sur de sa vie cette vilainie en se faisant étrangler par Frank, qui, étant venu au départ pour tuer Rosy, a cru que cette dernière, non contente de l'avoir balancer aux poulets, l'avait depuis trompé avec Mary, ce qui remet sacrément en question sa virilté. En étrangant sa rivale avecun de ses bas (son arme de séduction) Frank clame haut et fort  "J'en ai marre de te trouver toujours en travers de mon chemin" ! La morale est sauve, la "méchante" de l'histoire est punie par la où elle a péché, son traquenard se retournant contre elle, au moment même ou elle avouait, par message interposé, son forfait à l'amour de sa vie...
Evidement tout est suggéré, une caresse "amicale", un regard, un mot, rien n'est explicitement montré (pas de scène de sexe entre les deux héroïnes). Nous sommes encore au début des années 60 et ce genre de scènes n'est pas toléré du tout par la censure cinématographique (qui à cette époque en Italie est régie par la religion catholique !). Lydia Alfonsi est donc a première d'une longue série de giallo-gouines vient de naitre... et de mourir. Mais, comme le Phénix,  pour mieux renaitre aussitôt après.

Partager cet article

Repost 0
Published by djordj - dans giallo gouines
commenter cet article

commentaires