Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : un blog sur le giallo, ce genre particulier du cinéma Italien ainsi que sur les genres s'en rapprochant: le Krimi, le Poliziotto, le slasher movie
  • Contact

Recherche

12 novembre 2008 3 12 /11 /novembre /2008 11:10
Rendons ici hommage à l'un des plus prometteurs jeunes comédiens des années 70 et qui malheureusement n'eut pas le temps de nous faire profiter de son immense talent, la grande Faucheuse, jalouse, l'ayant emmené avec elle sans nous demander notre avis ! (Saloooooope !)

Marc Porel, né Marc Michel Marrier de Lagâtinerie le 3 janvier 1949 à Lausanne, fait partie d’une longue lignée de comédiens extrèment célèbres, à l’instar des familles Redgrave, Fonda, Douglas, Carradine, voir Brasseur pour rester plus près de chez nous. Arrière petit fils de la comédienne Réjane, son père n'est autre que le comédien Gérard Landry (un acteur très proléfique possédant plus d’une centaine de films à son actif), sa mère,  l’actrice Jacqueline Porel, et son demi-frère (né d’un premier mariage de sa mère avec l’acteur Francçois Perier ) est le cinéaste et célèbre photographe de SLC ("Salut les copains"): Jean-Marie Perier. Il eut d’autre part deux filles avec la comédienne Barbara Magnolfi dont une, Bérangère qui tourna dans la jolie bluette "Trocadero Bleu citron" avant de décéder tragiquement à l’age de 23 ans.
Marc Porel eut la chance de tourner,  en 1967, son premier film avec Costa Gavras, un film de guerre intitulé "Un homme de trop" ou l'on retrouve les jeunes loups qui formeront la meute des jeunes comédiens français des années 70: Gérard Blain, Claude Brasseur, Jean-Claude Brialy, Pierre Clémenti, Bruno Cremer,Jacques Perrin et Michel Piccoli entre autres.

Certes il sagit d'un tout petit rôle, mais gràce à ce rôle, notre beau gosse se fait déja remarquer. Peu de temps après il tourne avec Gabin ("Le clan des Siciliens", "La Horse"), rivalise avec Delon , et entame une grande carrière italienne,  tournant entre autre avec Luchino Visconti ("Ludwig" en 1972 ou il interprete le valet et amant d'Helmut Berger et quelques années plus tard "L"innocent"). Parmi les 40 films qu'il tourna en un peu plus d'une quinzaine d'année, Marc Porel s'illustrera dans 4 gialli, dont deux réalisés par l'un des maitres du genre: Lucio Fulci.

Son premier giallo, qui date de 1972, en effet sera: "Non si sevizia un paparino" (traduit dans un accès de fièvre par "La longue nuit de l'exorcisme"). Dans ce film ou plusieurs garçonnets d'un petit village de sicile sont mystérieusement assassinés, Marc Porel incarne le père Alberto Vallone, le jeune curé du village aux comportements pas très catholique (Il boit, il fume, il cause mais il drague pas...). Un rôle assez difficile dont il arrive à tirer le meilleur, face à une brochettes de comédiens réputés (Florinda Bolkan, Irène Papas, Thomas Milan, Barbara Bouchet,
et Georges Wilson).

5 ans plus tard, il rejoue sous la houlette du maitre de l'horreur dans "Sette note in Nero" ("Lemmurée vivante")  pour incarner cette fois un psy, le docteur Luka Fattori, qui vient en aide à Virgiania Ducci une des ses amies,  (la belle jennifer O'Neill) pour l'aider à résoudre un mystère paranormal (elle a des "visions" ou elle voit une jeune femme se faire emmurer vivante"). Or si l'on a bien découvert le cadavre d'une jeune femme à l'endroit désigné par Virginia, il semblerait que ses visons se situent cependant dans l'avenir... Une intrigue machiavélique que n'aurait pas renié Edgar Alan Poe... et dans laquelle il promène son beau regard, hélas si triste!

En 1978, il tourne dans un giallo de médicocre qualité, "La sorella d'Ursula", d'Enzo Milioni, un giallo ou le tueur s'arme cette fois-ci  d'un immense phallus avec lequel il transperce allègrment ses victimes. Oh my god ! Marc Porel joue un jeune drogué dont l'ex petite amie vient d'être assassinée. Il fait ainsi connaissance de celle qui sera sa femme et la mère de ses deux enfants dans la vraie vie... l'actrice Barbara Magnolfi.

1983 sera, hélas, une bien triste année. L'année de son dernier giallo (et de loin  le moins bon) "Delitto Carnale"  de Cesare Canaveri qui raconte comment un groupe de personnes légèrement libineuses, venues rendre un dernier hommage au propriétaire d'un hotel (de passe), se font décimer une à une par un assassin mortellement ennuyeux! Et qui fut surtout réalisé pour mettre en valeur l'énorme talent d'actrice de son interprète principale, l'ex actrice porno: Moana Pozzi... Un giallo a oublier aussi vite que possible. 1983 sera aussi l'année de la disparition de Marc Porel, alors en pleine crise conjugale avec Barbara Magnolfi.  En vacances à Casablanca, il est retrouvé mort dans sa chambre d'hotel, emporté par une méningite foudroyante. Le cinéma Français perd un de ses acteurs les plus prometteurs qui, malheureusement, n'a pas eu le temps de jouir de la carrière, internationnale, qu'il méritait

Partager cet article

Repost 0
Published by djordj - dans giallo kings
commenter cet article

commentaires

bordes 28/12/2008 00:03

Quel plaisir de voir quelqu'un qui n'a pas oublié Marc Porel, dont je suis un fan absolu, trés bon article, il serait épatant d'en voir d'avantage sur ce meilleur acteur que l'on a complétement oublé, un peu de soleil dans l'eau froide (quelle pureté dans son jeu comme peu d'acteur en ont), Marc sache que l'on pense à toi!!!!!

Un fan

AYALA Bastien 10/12/2008 11:05

Excellent article sur Marc Porel.
Certes, il est traité avec ton style mais qu'importe, peu lui ont rendu hommage jusqu'ici (je pense à l'excellent Eric Draven sur zone bis).
Non seulement tu as établi le record d'exhaustivité du traitement du giallo en France, mais en plus tu approfondis avec les acteurs, les Queen et le reste.
Bravo !