Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : un blog sur le giallo, ce genre particulier du cinéma Italien ainsi que sur les genres s'en rapprochant: le Krimi, le Poliziotto, le slasher movie
  • Contact

Recherche

18 janvier 2009 7 18 /01 /janvier /2009 18:51

Peur sur la ville (1975), réalisé par Henri Vernueil,(France/Italie) avec Jean-Paul Belmondo (Commissaire Letellier), Charles Denner (Inspecteur Moissac),Adalberto Maria Merli (Valdeck/Minos), Giovanni Cianfriglia (Marucci), Jean François Balmer (Dallas), Henri Jacques Huet (L’amant de Nora Elmer), Léa Massari (Nora Elmer), Rosy Varte (Germaine Doizon), Germana Camanica (Pamela Sweet) .  Un maniaque se faisant appeller Minos, terrorise les femmes seules en téléphonant la nuit à leur domicile, les menaçant de venir les tuer. Après le décès de Nora Elmer, tombé de sa fenêtre du 17è étage, le commissaire Letellier,chargé de cette affaire est contacté par un certain "Minos" qui dit vouloir "nettoyer" la ville en tuant toutes celles qui ont une vie dissolue. Au fur et à mesure qu'il commettra un meurtre, il enverra une partie d'une photo de lui. Bientot, il assassine une veuve, Germaine Doizon, et manque de peu de se faire alpaguer par le commissaire Letellier et son adjoint Moissac. Au cours d'une mémorable course poursuite sur les toits de Paris, il laisse derrière lui un "objet" que Letellier va s'empresser de récuperer. Mais, alors qu'il est sur le point d'attraper le meurtrier, l'ennemi juré de Letellier, un certain  Marcucci, (un truand sanguinaire à qui il doit sa rétrogradation de la brigade Anti-gang à la brigade Criminelle, suite au braquage d'une banque qui, malheureusement pour le commissaire, à finit dans un bain de sang) réapparait et le commissaire abandonne la poursuite de Minos pour ce lancer sur celle de Marcucci, qu'il tuera en légitime défense cette fois-ci après l'avoir poursuivi jusque sur le toit du métro. Revenu sur l'affaire Minos, Letellier s'apperçoit que les victimes avaient toutes plusieurs points communs: Nora Elmer et Germaine Doizon ont eu leur mari hospitalisé à l'hopital de la Trinité. Or c'est dans cet hopital que travaille l'infirmière Hélène Gramont, qui vient justement de demander, sur les conseils d'un ami infirmier nommé Valdek, la protection "rapprochée" du commissaire. Malheureusement elle se fera étrangler, elle aussi, mais entretemps, Letellier, (qui a reçu la confirmation des laboratoires de la police que l'objet perdu par Minos n'est autre qu'un oeil de verre), comprend que Minos et Valdek ne font qu'un. Il est grand temps pour Letellier donc de mettre un terme aux agissements de Minos, surtout que celui-ci vient de prendre en otage la "Reine du Porno", l'actrice Pamela Sweet ainsi que sa petite famille et qu'il menace de faire sauter l'immeuble dans lequel il s'est réfugié. C'est par la voie des airs que Letellier arrivera à ses fins.
 
Ce film, qui marque un tournant dans la carrière de notre Bébel nationnal, est le sixième qu'il tourna sous la direction du cinéaste Henri Vernueil ("La Française et l’amour", 1960, sketch "L"adultere", "Un singe en Hiver", tourné en 1962, "Cent mille dollars au soleil" de 1964, "Week-end à Zuydcoote" en 1964 aussi et  "Le casse" réalisé lui en 1971. C'est surtout le premier ou il interprète non plus un truand ou un aventurier mais un policier (rôle qui deviendra un peu sa "marque de fabrique" pendant quelques décénies plus tard). Ici le réalisateur puise son inspiration dans les gialli (le tueur avec ses gants noirs qui tue de pauvres femmes sans défense, sous prétexte qu'elles ont une vie dépravée) et dans les poliziotto, ces films policiers typiquement transalpins des années 70 qui s’attachent à décrire, avec plus ou moins de réalisme, l'univers de la mafia et du crime, privilégiant souvent la violence par rapport à l’aspect sociologique et l’analyse psychologique, offrant ainsi des films noirs, cruels, ironiques et souvent nihilistes dans leur conclusion (la scène du début dans le bar qui fait aussi office de dortoirs pour clandestins ou encore les scènes du braquage de la banque par Marcusi, puis les scènes de poursuite du truand par Bébel, d'abord en voiture, puis plus tard sur les toits du métro, scène absolument incroyable ou notre Bébel fait lui même toutes ses cascades et prend, bien sur, d'énormes risques pour notre plus grand plaisir). Le tout est bien sur relevé par des dialogues hors pairs de Michel Audiard qui offre à Belmondo un de ses meilleurs rôles. Il est à noter que c'est sous l'influence de son "distributeur" et ami René Chateau, que Bébel va lancer le nouveau style de l'acteur-producteur. Jean-Paul Belmondo devient désormais (sur l'affiche) BELMONDO (en gros). L'affiche ne représente plus une scène du film, mais Belmondo en train de "poser". Ici, Belmondo pose avec son Hustler en pull à col roulé noir alors qu'il n'en porte jamais dans le film. C'est un gentil hommage à Steve McQueen sur l'affiche de "Bullitt". Une formule reprise quelques années plus tard par un autre grand comédien français...

Dans le film, l'acteur n'hésite pas à payer de sa personne, réalisant lui même toutes ses cascades et pas des moindres, puisqu'il court non seulement sur le toit d'un métro lancé à vive allure (la ligne 6) mais aussi qu'il fait  du car crash ou de la haute voltige suspendu sous un hélicoptere au bout d'un filin, comme n'importe quel agent lambda de la brigade anti-terroriste... Des scènes incroyables (pour l'époque en tout cas) qui participeront au succès énorme du film qui réalisa la perfomrance de faire se déplacer 836 426 spectateurs sur Paris, plaçant ainsi "Peur sur la ville" parmi les meilleurs scores des films de Jean-Paul Belmondo, juste derrière " Borsalino " (ou il avait Alain Delon comme partenaire, qui déplace lui aussi pas mal les foules, il faut l'admettre!!!).

C'est bien sur Ennio Morricone qui signe la musique. Un ennio Morricone perplexe et ennuyé, parait-il, lors de la pré-projection du film, car devant la parfaite fluidité des scènes d'action, le célèbre musicien avouait à Henri Verneuil qu'il ne voyait pas très bien pourquoi il devait y rajouter de la musique. Heureusement , le réalisateur su le convaincre... Et c'est donc au siffleur Alessandro Alessandroni et à l'harmoniciste Franco de Gemini, tous deux immortels interprèètes de la bande originale de " Il était une fois dans l'ouest " qu'Ennio Morricone fit appel pour interpréter cette bande son originale qui reste désormais dans toutes les mémoires des cinéphiles.

Le film est sortit en dvd avec en bonus une presentation du film par Henri Verneuil

Partager cet article

Repost 0

commentaires

katleen 02/03/2011 01:42


Un film vraiment excellent. un des meilleurs de Bebel à mon avis


djordj 08/10/2010 09:26


Autant pour moi, a force d'entendre Bébél réciter du Audiar, on voudrait que ce dernier soit le seul à lui tailler des dialogues sur "mesure". Merci pour cette rectification
Djordj


Vrancken Jérémy 30/09/2010 19:24


Remarque : les dialogues de ce film ne sont pas de Michel Audiard mais de Francis Veber ( Hold- Up) , Jean Paul Belmondo retrouvera Audiard l'année suivante pour " l'incorrigible" une comédie de
Philippe de Broca .Le tandem Audiard Verneuil Belmondo se reformeront en 1976 pour le film " le corps de mon ennemi" , un drame policier ; pour " les Morfalous " un film d'aventure réalisé en 1983
. Jérémy Vrancken (Liège , Belgique )


davidfromlille 19/01/2009 21:33

Juste un petit mot pour préciser que Adalberto Maria Merli est parfait dans le rôle de Minos (dans le genre détraqué il est vraiment convaincant). On a pu également le voir dans Card Player de Dario Argento.