Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : un blog sur le giallo, ce genre particulier du cinéma Italien ainsi que sur les genres s'en rapprochant: le Krimi, le Poliziotto, le slasher movie
  • Contact

Recherche

3 avril 2009 5 03 /04 /avril /2009 11:01

The psychopath, (Poupees de cendres), 1964, réalisé par Freddie Francis (UK), avec Patrick Wymark (Inspecteur Holloway), John Standing (Mark Von Sturm), Margaret Johnston (Madame Von Sturm), Don Borisenko (Donald Loftis), Colin Gordon (Dr. Glyn), Judy Huxtable (Louise Saville), Alexander Knox (Frank Saville), Thorley Walters (Martin Roth),  Robert Crewdson (Victor Ledoux), John Harvey (Richard Klemer).  L'inspecteur Holloway de Scotland Yard est chargé par ses supérieurs d'enquéter sur une série de quatres meurtres assez horribles. Richard Klermer, meurt écrasé sous les roues d'une voiture . La seconde victime, Frank Saville est mort empoisonné tandis que Martin Rost, 3è victime, meurt brulé vif dans un incendie. Enfin, le quatrième cadavre, celui deVictor Ledoux, a été retrouvé étranglé dans sa baignoire. Fait curieux qui fait penser que l'assassin, même pourrait être une seule et même personne, même si les méthodes employées pour tuer sont différentes: à coté de chaque cadavre a été retrouvé une poupée à leur éffigie. En fouillant dans le passé de victimes, Holloway découvre que tous les 4 s'interessaient tout particulièrement à un industriel, un certain  Von Sturm, qui avait fait fortune en allemagne, d'une manière pas très catholique, durant la seconde guerre mondiale. Si l'on ne sait pas trop bien ou est passé Von Sturm, son épouse en tout cas, une vieille dame paralysée et à moitié folle, vit justement en Angleterre, dans une lugubre maison, entourée de son fils chéri, Mark,  qui lui est "entièrement" dévoué et d'une incroyable collection de poupées qu'elle semble bichonner tout particulièrement.. Heureusement pour lui, l'inspecteur Holloway va être aidé dans cette enquète difficile par Louise Saville, la fille de la seconde victime, qui semble n'avoir ni son oeil, ni sa langue, dans sa poche.

Comment ne pas penser à Alfred Hitchcok en voyant que le scénario de ce film a été écrit pâr Robert Bloch, celui qui écrivit le fameux "Psycho" dont l'oncle Alfred tira le chef d'oeuvre que l'on connait tous, et qu'en plus, au départ, "The psychopath" avait été mis en pré-production sous le titre "Schizo", certainement par quelque producteur avide de faire des sous sur une vague à succès...

 Que l'on se rassure, "The psychopath" n'est ni une suite, ni une variante de "Psycho" d'Alfred Hitchcock. Nous sommes plus en présence en fait d'une "version" britannique de giallo italien "giallo".En effet, p
lusieurs meurtres sont commis par "une main gantée de cuir" (comment ne pas reconnaitre ici la "patte" du  giallo ?) et, à chaque fois, une poupée (objet giallesque au possible ) est abandonnée à côté du cadavre. Justement, un des principal suspect vit dans une maison, entouré de poupées, celles  avec qui sa mère, une vieille folle paralysée, passe la quasi totalité de son temps. Elle les coiffe, les habille, leur parle, comme si elles étaient ses propres enfants. Et d'ailleurs, son fils, n'est il pas lui aussi, une sorte de poupée (de chair) pour cette mère possèssive et manipulatrice détentrice d'un lourd secret auquel sont reliées les quatres victies des meurtres sur lesquels enquète l'inspecteur de Scotland-Yard, aidé par la fille d'une des victimes. Une mère jouée à la perfection par Margaret Johnson, terriblement inquiètante  qui comme la mère posséssive  de "Psycho" demeure le personnage pivot du film. Face à elle, dans ce jeu du chat et de la souris, le débonnaire Patrick Wymark dans le rôle du flic un peu dépassé par tout ce qui lui arrive.. On n'oubliera pas quand même John Stading dans le role du fils, qui malheureusement n'avait ni le charisme, ni le talent (il débutait alors) d'un Anthony Perkins pour rendre immortel son personnage, mais qui s'en sort malgré tout avec les honneurs..

On peut oublier la crispante Judy Huxable petite starlette dont les seuls titres de gloire furent de devoir sa notoriété au fait d'avoir été copine avec Terence Stamp, Peter Coop, Dudley Moore, Warren Beatty et Michael Caine, en alternance avec Joan Collins et Britt Ekland ?.

 Le film existe en DVD anglais

Partager cet article

Repost 0
Published by djordj - dans giallo étranger
commenter cet article

commentaires

http://www.revesdeporcelaine.com/ 09/08/2010 16:33


Super article et très bien documenté. Merci.