Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : un blog sur le giallo, ce genre particulier du cinéma Italien ainsi que sur les genres s'en rapprochant: le Krimi, le Poliziotto, le slasher movie
  • Contact

Recherche

15 avril 2009 3 15 /04 /avril /2009 08:50

Cinq tulipes rouges , 1948, réalisé par Jean Stelli (France), avec Jean Brochard (Inspecteur chef Honoré Bricoul), René Dary (Pierre Lusanne), Suzanne Dehelly (Colonelle), Raymond Bussières (Albert Jacquin dit la Puce), Pierre Louis (Charolles), Robert Merri (Jacques Mauval), Robert Lefort (Basile), Anette Poivre (AnetteJacquin). Tour de France 1948. Alors que les coureurs ont à peine pris  le départ, la célèbre compétition cycliste mondialement renomée est endeuillée par un crime, puis deux, puis trois, etc... A coté de chaque cadavre l'on retrouve une tullipe rouge. L'inspecteur chef Brochard a qui a été confié l'enquète soupçonne tout d'abord LaPuce, un mécano qui s'était disputé la veille avec le coureur Mauval qui vient d'etre retrouvé mort, le guidon de son vélo ayant été scié ce qui a provoqué sa chute, mortelle. Mais bientôt, Colonelle, une journaliste sportif qui suit le tour manque de se faire tuer, ainsi que l'entraineur de l'équipe. Or LaPuce était en prison. Il faudra toute la perspicacité de la journaliste pour découvir, à partir d'une simple photographie, l'identité du coupable et surtout ses motifs.
 

Un giallo, ce film aurait bien pu être un giallo. Un giallo avant l'heure et qui en plus serait français... voila de quoi titiller nos papilles et nos pupilles ! J'ai été en effet très surpris en regardant hier après midi sur ciné-polar ce petit film franchouillard datant d'après guerre qui se déroule dans le milieu du cyclisme et notament celui du tour de France. En effet, le tour de France, interrompu pendant la guerre, avait repris en 1947. L'action se situe juste un an après (très important pour la fin de l'histoire). 5 coureurs vont être retrouvés assassinés au fur et à mesure des étapes. Un accident de voiture dont les freins ont été sabotés, un empoisonnement, un guidon de vélo scié, un rayon de bicyclette planté dans le dos par une main gantée...  Résumons: nous avons donc un assassin en imperméable et ganté de cuir noir, 5 victimes, une fleur déposée a coté des cadavres, quelques fausses pistes, un inspecteur de police plus que benêt, une terrible histoire de vengeance orchestrée par un meurtrier psycopathe, une fille détective amateur qui au risque de sa vie va demasquer le coupable et une arme giallesquement inédite: un rayon de vélo ! Tous les codes du gialli avant l'heure ! Le scénario est signé Charles Exbrayat (le papa de la fameuse "Imogène  McCarthery ", immortalisée par Rosy Varte puis Dominique Lavanant à la télévision), un Exbrayat simple journaliste et scénariste, pas encore devenu l'écrivain de romans policiers à succès que l'on connait (il ne débutera cette carrière qu'en 1957). "Cinq tulipes rouges" se laisse agréablement regarder même s'il y a pas mal de longueurs. On y retrouve le sympathique couple Annette Poivre/Raymond Bussière ainsi que le regretté Pierre Louis dans le rôle d'un cycliste patibulaire. La mise en scène classique de Jean Stelli est parfois un peu soporifique, surtout si on n'aime pas trop, comme moi, le cyclisme, car il y a énormément de séquences style "reportages" sur le tour cycliste, mais si on a survécu a son précédent film sur le sujet qui s'appellait "Pour le maillot jaune" (1939) et qui parlait, déja à l'époque  de dopage, on peut arriver à suivre le film jusqu'à la fin et découvrir l'identité tant attendue du meurtrier, dont on se doutait bien trois quart d'heure avant quand même..

Partager cet article

Repost 0
Published by djordj - dans giallo étranger
commenter cet article

commentaires