Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : un blog sur le giallo, ce genre particulier du cinéma Italien ainsi que sur les genres s'en rapprochant: le Krimi, le Poliziotto, le slasher movie
  • Contact

Recherche

21 septembre 2009 1 21 /09 /septembre /2009 15:14

Amsterdamned, 1988, réalisé par Dick Maas, (Hollande), avec Huub Stapel (Erik Visser), Monique van de Ven (Laura), Serge Henri Valcke (Vermer), Tanneke Hartzuiker (Potter), Wim Zomer (John), Hidde Maas (Ruysdael), Lou André (chef de la police), Tatum Dagelet (Maecke), Edwin Bakker (Willy), Door van Boeckel (le tueur).
Si dans le port d'Amsterdam, y'a des marins qui chantent, dans les canaux, y'a quelquechose qui flotte et qui tue tout ce qui bouge... On vient de retrouver le corps d'une prostituée, horriblement mutilée. L'inspecteur Erik Visser est chargé de l'enquète et il ne sait pas trop par quel coté avancer. Jusqu'à ce que l'on découvre un deuxième cadavre, puis qu'une jeune femme, qui s'amusait sur un canot pneumatique à coté de sa péniche se soit fait agresser et mutiler elle aussi. Une chose est sûre, un tueur en série déguisé en homme grenoulle a décider de faire saigner les artères maritimles de la Venise du Nord. Après avoir suivi pas mal de pistes qui n'ont mené à rien, son enquète va finalement avancer d'un seul coup lorsqu'il va rencontrer Laura, une jeune femme belle et intelligente qui fréquente un étrange psychiatre...

Voila un sympathique petit film Hollmandais qui fleure (et flirt) bon le giallo. M'est avis que le réalisateur, Dick Maas, qui avait déja réalisé l'excellent "Ascenceur", a du voir plusieurs fois le "Monstre de Venise" réalisé par Dino Tavella  en 1965 (voir ma critique dans ce blog).  Cette fois, c'est dans la Venise du Nord que sé déroulent les meurtres. Plusieurs personnes, prises complètement au hasard, font l'objet d'une attention particulière de la part d'un sadique qui les découpe soigneusement avec son grand couteau de plongée. Car notre assassin est déguisé cette fois-ci en homme grenouille et surprend ses victimes lorsqu'elles s'approchent trop près de l'eau (ou barbottent carrément dedans). Un  pauvre inspecteur de police est préssé par les hautes autorités de mettre un terme à tout cela. Facile et vite dit de la part de ces messieurs les Rond-de cuir, car notre brave inspecteur de police n'a aucune idée de qui est l'assassin et surtout de ce qui peut foutrement bien le motiver.  Nous non plus et on se demande même pardois si le scénariste en a ne serait-ce qu'une vague idée.... Car on a singulièrement l'impression de se faire balader durant la première moitié du film. Certes les meurtres sont très sympas et bien orchestrés, mais l'enquète de police est elle fichtrement baclée. Ce n'est que durant la seconde partie que le film commence sa véritable croisière. D'ailleurs, cela tombe bien puisque le réalisateur nous offre une poursuite en bateau à travers les canaux digne d'un James Bond (je pense plus au prégénérique du "Monde ne suffit pas" qu'à la scène finale de "Bons baisers de Ruissie" ou à la poursuite dans les marais cajuns de "Vivre et laisser mourir ). Il répètera d'ailleurs la chose en 2001 avec son film "Issue de secours" ou cette fois-ci c'est John Hurt qui pilote un des bateaux... Bon, en tout cas , même si nous ne sommes pas dans un giallo, nous avons notre sérial killer psychopathe masqué (il porte une combinaison et un masque de plongée) qui joue de l'arme blanche (ici son poignard de plongée) avec dextérité et nous avons le droit à un petit nombre raisonable de meurtres. Des meurtres hélas non reliés entre eux,ce qui rend le film aussi tortueux que les canaux d'Amsterdam... Le dénouement nous laisse aussi un peu sur notre faim, finissant un peu en queue de poisson. Reste la beauté des paysages (Amsterdam fait toujours autant réver, même aussi ensanglantée).

Le film est sortit en DVD

Partager cet article

Repost 0

commentaires