Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : un blog sur le giallo, ce genre particulier du cinéma Italien ainsi que sur les genres s'en rapprochant: le Krimi, le Poliziotto, le slasher movie
  • Contact

Recherche

29 août 2009 6 29 /08 /août /2009 08:47

Revolver, (La poursuite implaccable), 1973, réalisé par Sergio Solima, (Italie/UK), avec Oliver Reed (Vito Cipriani), Fabio Testi (Milo Ruiz), Agostina Belli (Anna Cipriani), Paola Pitagoa (Carlotta), Frédéric de Pasquale (Michele Granier), Bernard Giraudeau (un des petits truands), Peter Berling (Grappa), Marc Mazza (inspecteur de police), Reinhard Koldehoff (l’avocat français), Daniel Beretta (Al Niko), Calisto Calisti (Maresciallo Fantuzzi), Steffen Zacharias (Joe Lacour).A la suite d'un braquage qui a mal tourné, Milo Ruiz et  son meilleur ami sont obligés de se carapater en volant une voiture. Mais le complice de Milo a reçut une balle en plein ventre et va mourir en chemin. Milo, fidèle en amitié, l'enterre à l’aube près d’une rivière, sous un tas de caillasse. Peu de temps après, Markopoulos, un magnat du pétrole d’une grande influence, est assassiné par un motard en pleine rue, place Vendome à Paris. Le  meurtrier est vite retrouvé par la police Française, mais son cadavre est trop mutilé pour être identifiable. L’affaire est classée sans suite. Pendant ce temps à Rome, Vitto Caprini vient d’épouser Anna, une femme aimante et ravissante, et cet ancien policier occupe maintenant un poste à haute responsabilité, celui de directeur d’une prison. Mais très vite sa petite vie bourgeoise et confortable se brise : sa femme est enlevée, et ses ravisseurs exigent que Vito libère un certain Litto Ruiz, en échange de quoi sa femme lui sera rendue vivante. Devant la menace,Vitto s’exécute , faisant évader ce petit truand. Mias, les choses tournent mal, l’échange n’a pas lieu, et la femme de Vitto est emmenée à Paris. La seule monnaie d’échange pour Vitto reste donc Ruiz, qui devient par la force des choses l'otage de Vito et c’est donc ensemble que les deux hommes se lanceront à la recherche  d'Anna et de ses ravisseurs en France, pourchassés par la police et par la mafia. Car, Vitto découvre bien vite que Ruiz n’a aucune idée en fait de l’identité de ceux qui l’ont fait libéré, et ce pour la  simple raison qu'il n’a été libéré que pour mieux être assassiné le plus vite possible... car, apparement,  Ruiz en saurait trop sur le meurtre de Markopoulos , et pourrait devenirun témoin capital , et donc génant, dans l’enquète du meurtre de l'industriel, une affaire pas aussi simple que les autorités Françaises ont voulu le faire croire, et dans laquelle des personnalités aussi diverses qu’une star de la chanson , un ganstert corse et des membres hauts placés du pouvoir judiciaire et de la politique semblent être compromises.

Revolver se présente comme un véritable Poliziechetti (polarultra-violent italien des années 70, au fort accent politisant et toujours pourvu d’une vision sociale populiste), rehaussé par la présence de deux stars internationales: Oliver Reed, Fabio Testi,. Face à un Oliver Reed toujours aussi "bestial", comme on l'a tujours aimé, on retrouve donc avec joie Fabio Testi, un des acteurs (avec Franco Nero, Tomas Milian et Luc- Cococrico- Merenda) qui fit la renommée du  "Poliziechetti", dans un rôle de petite frappe "Pasolinienne", veritable enjeu d'une chasse à l'homme (ou à la femme ?) assez Cornélienne. Testi doit mourir (car il dérange la mafia), mais si il meurt Oliver Reed perdra sa femme (la belle AZgostina Belli, qui joue hélas ici un peu le rôle de la potiche utile et agréable). Donc Testi doit vivre ! Mais s' il vit, d'autres (qui sont des personalités en vue et des gens haut placés et qui ont trempé dans des affaires louches,  vont y rester, donc...il doit mourir. Mais si il meurt...A ce rythme la, beaucoup se seraient vite essoufflé. mais Serge Solima, un habitué des westerns spaghettis, nous réserve jusqu'à la fin pas mal de surprises et de rebondissements qui ne peuvent que nous enthousiasmer à regarder ce petit film malheureusement (et injustement) oublié.
 Revolver est sortit en DVD

Repost 0
Published by djordj - dans Poliziesco
commenter cet article
28 juillet 2009 2 28 /07 /juillet /2009 09:02

Flics de choc, 1983, réalisé par Jean-Pierre Desagnat, (France), avec Pierre Massimi (Comissaire Beauclair), Chantal Nobel (Wanda Romanoff), Jean-Luc Moreau (Gratien Scorda), Mylène Demongeot ( Maitresse), Pierre Banderet (Philippe Audrey), Marc Chapiteau (FTN),  Laetitia Gabrielli (Sylvia Cortazi), Nadine Alari (Véronique Duvilliers, la journaliste TV), Yannick Groell (Anne), Anne Tihomiroff (Marie Christine), Nathalie Hayat (Caroline), Jacques Balutin (le chauffeur de camion), Catherine Lachens (Barbara, barmaid du "Cormoran"), Philippe Lelièvre (Johnny, le chanteur de rue), Michel Berreur (le tueur) . La jeune Marie-Christine vient d'être assassinée après avoir dénoncé en direct à la télévision l'existence d'une organisation spécialisée dans l'enlèvement de jeunes filles mineures dans le but de les forcer à particper à des orgies sado-maso avec des hauts fonctionnaires de l'état. Le commissaire Beauclair se voit confier l'enquète et c'est avec son équipe de choc qu'il va essayer de démanteler ce réseau de ballets roses d'un genre spécial. Mais il lui faut faire vite, car un mystérieux tueur s'ingénie à tuer tous ses témoins. Malgré tout, il parvient à arriver jusqu'à la maison de "dressage" des filles, dirigée par une certaine "Maitresse", qui semble être protégée en haut-lieu.

Après l'Italie au début des années 70, voila que la France s'essaye dix ans plus tard à un genre qu'elle ne maitrisera pas forcément bien, le "Poliziesco", le polar mafieux, créé par le cinéma Italien,  qui s’attache à décrire, avec plus ou moins de réalisme, l'univers de la mafia, de la corruption, du sexe et du crime, privilégiant plus souvent la violence et l'érotisme que l'aspect purement sociologique (je ne parle même pas de l'aspect psychologique...). "Flic de choc" est un des exemples frappants du ratage complet de ce genre d'essai. Adapté d'un roman de Serge Jacquemard paru aux éditions Fleuve Noir, le film de Jean-Pierre Desagnat  n'est en fait rien d'autre qu'un téléfilm policier standard, qui ne ferait même pas concurrence à un épisode de "Navarro", sortit en salles de cinéma. On pourrait croire au départ que le film s'inspirerait de l'affaire des "disparues de l'Yonne", des jeunes filles de la DDASS qui avaient été kidnappées par lun couple Claude et Monique Dunand, qui les avaient séquestrées et livré à des "clients (des notables et des gens hauts placés puisque l'on a parlé à l'époque d'un ministre en fonction, donc très protégés) qui les avaient violées et torturées. Des clients qui curieusement n'ont jamais été retrouvé... Apparement, le film en fait dérive très vite sur une pseudo enquète menée tambour mollement battant par une brigade de jeunes flics aux méthodes douteuses (ils font bobo aux suspects en les battants et en les menaçant, c'est horrible à voir!!!!), dirigé par un commissaire de pacotille  (Pierre Massimi, dont le seul titre de gloire fut d'avoir interpréter Henry de Monfreid à la téléviion dans "Les secrets de la mer rouge") légèrement mou du genou. Dans son équipe, une inspectrice très chic (à défaut de très choc), Chantal Nobel, qui tient son pistolet comme un sèche cheveu. On remarquera dans le casting Catherine Lachens en tenancière de bar louche (un rôle qu'elle tiendra souvent, toujours à la perfection), un certain Philippe Lelièvre qui se fera (enfin) rermarquer quelques années plus tard dans le Casting du sciècle: "Prof à Star Académy" (1 saison seulement!!!!) et Mylène Demongeot en "Maitresse" sado-maso. Hélas, au lieu de nous montrer la belle Mylène en string noir montée sur bottes de cuir (MMMMmmmmmmm! !!!!!!), on nous la montre en vieille maquerelle boiteuse habillée chez Tati.
 
C'est dire à qel point son talent est (hélas) sous exploitée par les cinéastes français!
On notera l'insparation du cinéaste qui n'hésite pas un seul instant à faire sien le personnage du tueur à la moto, qui flingue à tout va tous les protagnonistes ayant de près ou de loin un quelconque rapport avec l'affaire. Personnage apparu dans l'excellent giallo "La polizia chiede aiuto" dont nous déja avons parlé ici. Et qui d'ailleurs avait été repris dans le film "Les yeux de la terreur".


Je n'ai pas trouvé trace du film en DVD ou VHS en français mais on le trouve en DVD allemand... Comme quoi, nul n'est prophète en son pays!

Repost 0
Published by djordj - dans Poliziesco
commenter cet article