Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : un blog sur le giallo, ce genre particulier du cinéma Italien ainsi que sur les genres s'en rapprochant: le Krimi, le Poliziotto, le slasher movie
  • Contact

Recherche

29 octobre 2009 4 29 /10 /octobre /2009 11:09


The cat and the canary (Le chat et le canari), 1978, réalisé par Radley Metzger (Angleterre), avec: Carol Linley (Annabelle West), Honor Blackman (Susan Sillsby), Olivia Hussey (Cicily Young), Wilfrid Hyde-White (Cyrus West), Michael Callan (Paul Jones), Edward Fox (Hendricks), Peter McEnery (Charlie Wilder),Wendy Hilmler (Allison Crosby), Béatrix Lehmann (Madame Pleasant), Daniel Massey (Harry Blythe).
Nous somme le 27 septembre 1914. L'excentrique Cyrius West vient de mourir dans son immense et lugubre chateau de Glendiff en Grande Bretagne.Quelques temps après, selon les dernières volontés du défunt, Mrs Allison Crosby, son notaire, ouvre son testament devant ses six plus proches descendants (neuveux et nièces car il n'avait pas d'enfants). Un testament somme toute assez original, sous forme d'un film synchronisé avec une bande son sortant d'un gramophone. Dans ce film,  ou il apparait bien vivant, Cyrius West lègue son immense fortune à sa nièce Annabelle. Mais un autre heritier, dont le nom pour l'instant ne sera pas dévoilé, a été désigné pour raffler le magot au cas ou Annabelle décederait ou deviendrait folle. Or, la radio vient d'apprendre qu'un dangereux psychopathe  vient de s'évader s'evade de l'hopital  psychiatrique  voisin. Ce fou sanguinaire est connu des autorites pour ses dents pointues et ses ongles ressemblant a des griffes de félin qui tranchent dans la chair comme dans un gateau. Or voici qu'un crime, puis un deuxième vont être commis dans l'enceinte du chateau...


Voila un bon petit film policier à mi chemin entre le "Whodunit" à la Agatha Christie et le bon vieux giallo italien. Un chateau isolé, un vieux milliardaire qui lègue sa fortune à un seul de ses parents - lésant ainsi tous les autres, qui sont bien sur furieux -,  un tueur psycopathe  masqué qui rode dans l'ombre et une pauvre héritière qui croit devenir folle, ce qu'essaye d'ailleurs de lui faire croire le reste de sa famille afin de toucher la fortune qu'elle vient d'empocher. Et puis bien sur quelques meurtres, que l'on met sur le dos du dangereux psycopathe qui vient de s'évader et qui paraït-il roderait dans le coin, mais qui pourrait bien être l'oeuvre d'une personne beaucoup plus proche que l'on ne voudrait le croire...Bref un excellent supense à huis clos réunissant  comme dans le jeu du cluédo quelques personnages hauts en couleurs. Outre la vieille gouvernante de Mr West, Mrs Pleasant, se trouvent donc réunis au chateau tous les neuveux et nièces du vieil oncle décédé: Harry, chirurgien de son état (donc sachant manier le scalpel...), Susan, grande chasseresse et Cicily, sa petite amie, Charlie, ex-hééros de la guerre de 14 reconverti dans la publicité et surtout les mondanités (ce qui le laisse continuellement sans le sou), Paul, parolier au chomage, et Annabelle, styliste de mode et blonde. Cousins et cousines s'entendent comme chien et chat, ou plutôt comme chat et canari, ce qui ne rend personne tres serein... Surtout pas celle qui vient d'hériter, la pauvre Annabelle, qui sent peser sur elle l'ombre de la mort ou de la folie. Surtout que l'on vient de retrouver le cadavre complètement défiguré de Mrs Crosby la notaire. Comment alors se sentir à l'abri dans un chateau qui regorge de chause-trappes, de corridors secrets, de placards secrets dissimulés ça et la derriere les murs et d'antichambres de tortures.
On retrouve avec plaisir la belle Honor Blackman ("Chapeau melon et bottes de cuir") dans le rôle d'une lesbienne pure et dure bien déterminée à rendre folle sa cousine pour mieux lui piquer sa fortune. A ses cotés, la douce Olivia Hussey qui joue sa tendre et chère petite amie, beaucoup plus douce mais pas moins sournoise... Carol Linley (clone parfait de Lee Remick en moins talen-tueuse) joue une fois de plus les blondes fragiles, Edward Fox joue quand à lui à merveille le chacal de service. Mais la palme revient quand même à Wilfrid Hyde-White qui cabotine avec génie dans le rôle du vieux milliardaire excentrique, un défunt qui n'aura jamais eu l'air aussi vivant... que dans le générique de fin!

 Le film existe en DVD français , mais n'est pas facile à trouver car à mon avis, il est désormais épuisé.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Tietie007 14/09/2010 12:18


Un film que je ne connais pas du tout, comme la majorité des gialli, d'ailleurs. A part Bava et Argento, je ne connais pas bien les autres réalistateurs du genre.