Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : un blog sur le giallo, ce genre particulier du cinéma Italien ainsi que sur les genres s'en rapprochant: le Krimi, le Poliziotto, le slasher movie
  • Contact

Recherche

18 juin 2008 3 18 /06 /juin /2008 21:54

3è époque; l'age d'or (suite)


Passi di morte perduti nel buio 1977 réalisé par Maurizio Pradeaux (Italie) avec Leonard Mann( Luciano), Robert Webber (Inspecteur de police) Vera Krouska (Ingrid), Barbara Seidel, Imelde Marani,Albertina Capuani, Nazzareno Naccri, Luigi Romano, Bartolillo Palma, Susy Jennings. Lors d’un voyage en train entre Salonique et Athènes, une jeune française est poignardée dans un compartiment ou voyagent cinq autres passagers. La victime a été tuée avec un coupe-papier appartenant à  Luciano, un journaliste qui est bien évidemment aussitôt suspecté du crime. Mais bientôt d’autres passagers ayant voyagé dans le même train sont à leur tour assassinés par le tueur mystérieux. Obligé de se cacher pour ne pas être arrété, Lucianno, aidé par sa petite amie Ingrid (un mannequin dont le Q.I ne dépasse pas la moitié de son tour de poitrinne), va tout tenter pour demasquer l'assassin.



Une jeune femme est assassinée dans un compartiment de train alors que celui-ci passe dans un tunnel. L'arme du crime est un coupe papier appartenant à un des six passagers. Qui clame bien sur son innocence... « Passi di morte perduti nel buio » est un gentil giallo inovateur, plus au niveau de l'intrigue, un mélange d'Agatha Christie et d'Edgar Wallace, que de la réalisation (Maurizio Pradeaux, se prenant soudainement pour Dario Argento, nous assènes des gros plans de la pupille de l'assassin juste avant chaque meurtre, histoire que l'on comprennne bien ce qui va se passer et à qui on a à faire)... La nouveauté est que le tueur est victime d'une bande de maitre-chanteurs qu'il va donc devoir éliminer les uns après les autres... à coup de coupe-chou (qui fait ici son grand retour) bien sûr!  Beaucoup de scènes érotiques, dont une scène homosexuelle entre deux femmes, assez bien léchée (et comme dans tout giallo qui se respecte les deux moiselles finissent à la morgue, machisme italien oblige évidement!!!! c'est honteux, je vous le dis ma brave dame!). Dommage que Pradeaux ai voulu rajouter de l’humour la ou il n’en fallait pas, ce qui gâche parfois un peu l’ambiance du film qui vire (trop) souvent au film comique typiquement italien, ce qui n'est pas vraiment un critère de qualité. Mais comme de toute façon les acteurs jouent tous (excepté Robert Forrest) comme des pieds, on ne peut pas demander la lune  Il n'en reste pas moins que ce giallo se laisse gentilment regarder... un samedi soir après une semaine bien crevante.
Le film existe en DVD Italien (sans sous-titres et sans bonus excepté la bande annonce, mais est-ce vraiment un bonus ?)

Partager cet article

Repost 0

commentaires