Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : un blog sur le giallo, ce genre particulier du cinéma Italien ainsi que sur les genres s'en rapprochant: le Krimi, le Poliziotto, le slasher movie
  • Contact

Recherche

15 juin 2008 7 15 /06 /juin /2008 14:07

3è époque: l'age d'or (suite)

 Mostro, Il (Le monstre), 1977, réalisé par Luigi Zampa (Italie), avec Johnny Dorelli (Valerio Barigozzi), Sydne Rome (Dina), Renzo Palmer (Baruffi), Yves Beneyton (Giorgio Mesca), Enzo Santaniello (Lucas, le fils de Valerio) ,,, Renato Scarpa (Livraghi), Henning Schluter, Gianrico Tedeschi (Vittorio Santi « nonno Gustavo »), Orazio Orlando (le commissaire Pizani), Clara Colissimo (la comtesse Domenica Donnati), Angelica Ippolito (Anna, l'ex petite amie de Valrio). Valerio est journaliste. Mais un petit journaliste, sans grande envergure, qui pour survivre bosse dans un journal féminin, ou sous le pseudonyme de « Comtesse Esmeralda » il tient la rubrique "courrier du coeur"... Un jour, il reçoit un message anonyme lui annonçant le futur assassinat d’une grosse vedette de la télévision. Valerio prévient la police, qui bien sur ne le croit pas et bien sur, l’événement se déroule comme annoncé. Désormais, Valerio va recevoir régulièrement des messages annonçant d’autres meurtres. La police finit par le soupçonner d’etre l’auteur non seulement de ces messages, mais des assassinats qui les suivent. Pour se disculper et pour essayer de devenir enfin le journaliste qu'il aurait aimé être, Valerio va mener sa propre enquête.
 
Que voilà un film étrange, qui se situe à mi chemin entre le giallo (l’assassin tue ses victimes à coup de marteau) et le polar réaliste (le film dénonce à la fois l’apologie de la violence à la télévision et le journalisme à sensations). Johnny Dorelli cabotine (encore plus que d’habitude) dans le rôle du journaliste raté,  ce qui le rend encore plus sympathique, tandis que Sydne Rome joue  (une fois de plus) les belles potiches, ce qui lui va plutôt bien. Le plus surprenant dans ce giallo reste quand même la raison pour laquelle le meurtrier tue toutes ses victimes, raison que bien entendu je ne dévoilerais pas ici... Mais pour une fois que, dans un giallo, les motivations d’un tueur en série ne sont pas  tirées par les cheveux, mais clairement expliquées, on ne va pas bouder son plaisir.

 Le film existe en DVD, et est sortit (dans plusieurs pays) en VHS. (en France, notamment sous le totre "Criminalia"). Attention de ne pas confondre cependant avec le film de Roberto Benign (1994)i, réalisé et interprété par ce dernier, co-écrit par Michel Blanc, qui y joue aussi un rôle, avec Dominique Lavannant et Jean-Claude Brialy (et hop, un petit charter pour l'Italie...) et qui parle lui aussi d'un sérial killer

Partager cet article

Repost 0

commentaires