Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : un blog sur le giallo, ce genre particulier du cinéma Italien ainsi que sur les genres s'en rapprochant: le Krimi, le Poliziotto, le slasher movie
  • Contact

Recherche

25 juin 2008 3 25 /06 /juin /2008 11:08

3è époque: l'age d'or (suite)

Giallo napoletano,
(Mélodie meurtrière), 1978, réalisé par Sergio Corbucci, (Italie), avec Marcello Mastroianni (Raffaele Capece), Ornella Mutti (Lucia), Renato Pozzetto (Inspecteur de police), Michel Piccoli (Navarro), , Capucine (Sœur Angela), Zeudi Avara (Elizabeth), Elena Fiore (Filomena), Guiseppe Barra (Giardino).
Pour aider son père à éponger ses dettes, Raffaele joue de la mandoline dans la rue, devant les restaurants touristiques. Ce jour là, il va être brutalement interrompu dans sa sérénade par la chute d’un corps à ses pieds. A la suite de cet incident, il va se trouver mêlé, bien malgré lui, à une incroyable série de meurtres. La police et le meurtrier aimeraient tos deux mettre la main sur lui, mais pas pour les mêmes raisons...

Ce qu’il y a d’incroyable avec Marcello Mastroianni, c’est qu’il peut jouer n’importe quel personnage, ce sera toujours avec brio. Ici, dans cette comédie giallesque, il incarne un musicien de rue confronté à une vague de crimes abracadabrantesques... Chaplinesque à souhait, Marcello Mastroianni nous entraîne alors dans une incroyable farandole meurtrière durant laquelle il va croiser une infirmière d’asile d’aliénés qui a les jolis traits d’ Ornella Muti, une bonne sœur pas très catholique nommée Capucine, un célèbre chef d’orchestre joué par Michel Piccoli et même un Renato Pozzetto, pour une fois du bon coté de la loi.. D’unique témoin, notre pauvre héros devient rapidement suspect numéro 1 et pour échapper à ses poursuivants (police ou gangsters), il en arrive même à se travestir en femme, ce qui donne quelques moments de douce rigolade. Il ne faudra cependant pas essayer de chercher midi à quatorze heures pour comprendre la fin du film, Sergio Corbucci ayant privilégié, pour une fois, le burleque au réalisme.
 
Le film était sortit en VHS chez Warner, on l'attend donc en DVD..

Partager cet article

Repost 0

commentaires