Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : un blog sur le giallo, ce genre particulier du cinéma Italien ainsi que sur les genres s'en rapprochant: le Krimi, le Poliziotto, le slasher movie
  • Contact

Recherche

24 décembre 2008 3 24 /12 /décembre /2008 11:06
1ère époque : « Le crime était presque parfait ».

Le Notti della violenza, (Call girls 66) ,1965, réalisé par Roberto Mauri, avec Alberto Lupo, Marilu Tolo, Lisa Gastoni, Hélène Chanel, Cristina Gaioni, Neiro Bernardi, Aldo Berti, Elisa Mainardi. La sœur de Carla Pratesi veut savoir pourquoi, et surtout par qui, sa jeune sœur a été assassinée. La police, dévoile à la jeune femme un élément du passé trouble de sa sœur  qu’elle en semblait pas connaître : Carla se prostituait. Et la police pense avoir à faire à un sérial killer, étant donné que d’autres péripatéticiennes ont été tuées de façon similaire par celui que l’on nomme « le tueur masqué ». Le commissaire chargé de mener l’enquête découvre, parallèlement à cela tout un réseau clandestin de call girls et de trafic de stupéfiants. Le policier va se servir de la sœur de Carla pour appâter l’assassin et dévoiler au grand jour son vrai visage.


La fille d'un diplomate, qui se prostituait à ses heures perdues, se fait assassiner par un sérial killer surnommé "Le masque", parce que tout bêtement il porte un masque pour accomplir ses forfaits (il porterait un bas sur la figure on l'appellerait "Saw 7" ?). Les policiers de Rome mène l'enquète et s'emmelent les pinceaux. Tout comme le réalisateur, Roberto Mauri, qui mélangeà la moulinette trafic de drogue, prostitution, films pornos clandestins, et en prime un tueur sadique, qui mutile ses victimes à visage couvert. L’originalité, qui n’en est pas vraiment une, sera de découvrir que le pauvre homme est devenu à moitié fou après avoir été défiguré par les radiations d'une bombe atomiques et que, pour se venger de la société qui l’a ainsi mutilé, il défigure à son tour certaines bombes anatomiques... On regrette amèrement que la pauvre Marilu Tolo soit venu se perdre dans un tel navet qui n’a de giallesque que le visuel morbide de ses meurtres.

Le film est sortit en dvd.


Partager cet article

Repost 0

commentaires