Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : un blog sur le giallo, ce genre particulier du cinéma Italien ainsi que sur les genres s'en rapprochant: le Krimi, le Poliziotto, le slasher movie
  • Contact

Recherche

26 novembre 2007 1 26 /11 /novembre /2007 08:39
2e époque : « Sur le fil du rasoir ». (suite)
assassino-fantasma-5.jpg assassino-fantasma-aff3.JPGassassino-fantasma-aff.JPG
L’Assassino fantasma, (L'assassin fantôme),1969, réalisé par Javier Seto, (Espagne/ Italie/), avec Larry Ward (Peter/John), Teresa Gimpera (Denise), Giacomo Rossi-Stuart (Gert), Silvana Venturelli (Annie). John et Peter sont jumeaux. Mais si leur ressemblance physique est telle qu’on a du mal a les distinguer, ils sont aussi différents de caractère que l’on peut l’être. John, qui est très riche, est malade (il souffre d’épilepsie) et a rédigé un testament dans lequel il a volontairement oublié sa femme, Denise, une ancienne danseuse, ainsi que son frère. Denise et Peter, qui sont amants, concoctent alors un plan diabolique : rendre progressivement John fou, en lui faisant croire qu’il a commis un crime, dont Peter est en réalité l’auteur. Mais un événement inatendu vient perturber le bon fonctionnement de leur diabolique machination.
assassino-fantasma-1.jpg assassino-fantasma-3.jpg assassino-fantasma-2.jpg assassino-fantasma-4.jpg
assassino-fantasma-aff3.jpg assassino-fantasma-aff2.jpg
Glauque et sordide sont les deux sentiments qui ressortent de la vision de cette pauvre co-production Italo-espagnole. Tourné en Espagne, bien loin des fastes esthétiques latinos, rarement un giallo n'aura été aussi mal exploité. Pourtant au départ l’histoire avait tout pour séduire : une machination diabolique mise en place par un couple d’amants très pervers, dont l’un des protagonistes n’est autre que le propre jumeau de la victime. De quoi faire fantasmer plus d’un amateur d’intrigues psychologiques. Hélas le scénario devient très vite confus, la psychologie des personnages n’étant jamais dévelopée, le film traîne en langueur et en longueur, ce qui fait que l’on se désintéresse très vite du film et que l’on rate malheureusement le rebondissement final, aussi original qu’inattendu. Ce film, qui est le dernier de son réalisateur, mort en 1969, est sorti en vidéo en France sous le titre "L'assassin a tué deux fois".

Partager cet article

Repost 0

commentaires