Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : un blog sur le giallo, ce genre particulier du cinéma Italien ainsi que sur les genres s'en rapprochant: le Krimi, le Poliziotto, le slasher movie
  • Contact

Recherche

11 mars 2008 2 11 /03 /mars /2008 23:08

3è époque: l'âge d'or (suite) 
morte-accarezza-a-mezzanotte-aff3.jpg Morte-accarezza-a-mezzanotte-aff.jpgmorte-accarezza-a-mezzanotte-aff2.jpgMorte-accarezza-a-mezzanotte-aff6.jpg undefinedundefined

La Morte accarezza a Mezanotte, (La mort caresse à minuit) , 1972, réalisé par Luciano Ercoli (Italie/Espagne), avec Susan Scott (Valentina), Simon Andreu (Gio Baldi), Peter Martell (Stefano), Claudie Lange (Verushka Wuttenberg), Carlo Gentili (Inspecteur Seripa), Ivano Staccioli (Professeur Otto Wuttenberg), Fabrizio Moresco (Pepito), Claudio Pellegrini (Henri Velaq), Luciano Rossi (Hans Krutzer), Elio Veller (Pino). Top Model en vogue, la belle Valentina se laisse convaincre par son ami photographe Gio (moyennant une certaine somme d’argent quand même) de participer à une expérience pour le moins originale : alors qu’elle sera sous l’effet d’une drogue hallucinogène, Gio immortalisera son trip sur la pellicule. Valentina accepte de se laisser shooter (en photo et en vrai) à condition de porter un masque qui garantira son anonymat (n’oublions pas que Valentina est blonde). Evidement, une fois que la drogue commence à faire son effet, Gio retire le masque et prends en photos Valentina, qui dans son délire assiste à un meurtre particulièrement horrible. Dès le lendemain, au grand damne de la belle, les photos sont publiées dans le canard à sensation où officie Gio. Il n’en faut pas plus pour mettre le tueur sur les traces de Valentina, qui jure, mais un peu tard, qu’on ne l’y reprendra plus…
Morte-accarezza-a-Mezanotte3.JPGMorte-accarezza-a-mezzanotte45.jpgMorte-accarezza-a-Mezanotte4.JPGMorte-accarezza-a-mezzanotte46.jpg
Morte-accarezza-a-Mezanotte7.JPGMorte-accarezza-a-Mezanotte16.JPGMorte-accarezza-a-Mezanotte9.JPGMorte-accarezza-a-Mezanotte15.JPGMorte-accarezza-a-Mezanotte17.JPGMorte-accarezza-a-Mezanotte20.JPGMorte-accarezza-a-Mezanotte21.JPGMorte-accarezza-a-Mezanotte25.JPGMorte-accarezza-a-Mezanotte24.JPGMorte-accarezza-a-Mezanotte26.JPG
Un giallo somme toute assez classique malgré quelques scènes impressionnantes, notamment le premier meurtre avec un gant de fer aux pointes d’acier acérées (radical contre l’acné !). Au fur et à mesure de l’histoire, l’intrigue se complique, les fausses pistes deviennent de plus en plus nombreuses et l’on se perd un peu dans les personnages, qui apparaissent ou disparaissent aussi mystérieusement que la mémoire du scénariste (nous reparlerons de celle de la script-girl ultérieurement…). Jusqu’à la fin, totalement abracadabrantesque, certainement écrite sous l’emprise de la même drogue utilisée par Susan Scott au début du film (rien ne se perd tout se transforme…). Luciano Ercoli n’a pas son pareil pour martyriser sa pauvre femme (la belle Susan) qui interprète ici la victime idéale (toujours en train de gueuler, de pleurer où de hurler donc on n’a qu’une envie, c’est de la buter !). Face à elle, deux autres habitués des gialli: Pietro Martellanza (inutile de se mettre Martel en tête, il a préféré utiliser son pseudonyme Peter Martell, tout comme dans « Casa d’apputamento »), qui en fait des tonnes et Simon Andreu («Le foto proibite di una senora per bene », « La morte cammina con i tacchi alti », « Passi di danza su una lama di rasoio »), qui en fait à peine moins ! A noter, comme je le disais dans un des premiers articles de ce blog, que l'idée du meurtre avec le gant en fer avait déja été utilisée dans un "Krimi" de 1967, "Die Blaue hand", avec Klaus Kinski.
undefined

undefinedLe film est sortit en DVD, couplé avec l'autre giallo de Luciano Ercoli "La morte camina con i tacchi alti", en Italien, hélas sans bonus.

Partager cet article

Repost 0

commentaires