Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : un blog sur le giallo, ce genre particulier du cinéma Italien ainsi que sur les genres s'en rapprochant: le Krimi, le Poliziotto, le slasher movie
  • Contact

Recherche

4 octobre 2008 6 04 /10 /octobre /2008 15:20

4è époque: le train-train de l'ennui (suite):

Cappuccetto rosso (Red riding hood), 2002, réalisé par Giacomo Cimini (Italie), avec: Kathleen Archebald (Rose McKenzie), Susanna Satta (Jennifer McKenzie), Roberto Purvis (Tom Hunter), Fabio Sonnino (George), Marc Fiorini (Giovanni Tagliavini), Justine Powell (Arianna), Serena Alfieri (l’assassin).  Son politicien de père, membre de la cour suprème des Etats Unis a été assassiné en pleine interview télévisée. Sa nymphomane de mère vient de l'abandonner pour aller se taper de jeunes gigolos. Et sa grand-mère Rose est trop occupée à courrir les casting pour s'occuper vraiment d'elle. Il reste bien son tuteur,Tom, dont elle est secrètement amoureuse, mais lui ne voit encore en elle qu'une innocente petite fille, trop occupé à gérer les 60.000 dollars que la mère à bien voulu lui laisser en l'abandonnant. Alors la "gentille" ado-naissante, Jennifer McKenzie s'occupe comme elle pêut lorsqu'elle n'use pas ses fonds de culottes en classe. Car, persuadée, depuis la mort de son papa, que Dieu a oublié de punir ceux qui ont péché, elle parcourt la nuit tombée les rues de Rome, vétue d'une cape rouge et de bottes en plastique de la même couleur (fashion queen, déja à cet age la!) et, avec son ami George, qui lui porte un masque de Loup blanc, tue tous ceux qui ont le malheur, à leurs yeux, de s'être éloignés du droit chemin...

Voila encore un metteur en scène qui aurait mieux fait de lire Bruno Bettelheim plutot que de relire pour la 120è fois "Fantômette et le loup blanc"...! Cela aurait pu lui permettre de mieux comprendre les contes de fées et réaliser un film plus ambitieux, tandis que là... on reste sur sa faim! Une faim de loup, bien sur! Enfin, ne jetons pas le bébé avec l'eau du bain, il y a dans ce film quelques beaux moments et surtouts quelques beaux meurtres! Cette fois l'assassin ne porte plus un masque noir mais un masque de loup blanc et est connu (comme le loup blanc d'ailleurs) des le début du film. Il porte aussi des bottes en plastoc et un petit chaperon rouge. Il ne tue pas forcément à l'arme blanche, mais aussi à grands coups de pelles dans la poire,  de marteau électrique, de "voiture tronçonneuse" et de quelques autres gadgets dont je vous laisse la surprise... Une vraie publicité pour les magasins Monsieur Brico-Leroy-Casto. Et tout cela pour le compte d'une ravissante petite chipie que sa famille a délaissée et qui se venge comme elle peut du mal que lui a fait le monde adulte. Aidé en cela par son inséparable ami "George". Tout d'ailleurs se passe le mieux du monde (personne ne peut soupçonner qu'une si "gentille" petite fille soit à l'origine de meurtres aussi horribles) jusqu'à ce que la grand-mère décide un jour de repartir pour New-York avec sa petite fille. Qui bien sur n'est pas du tout d'accord. A partir de ce moment la, la morveuse kidnappe la mère-grand et lui en fait baver des ronds de chapeau (torture mentale et physique). L'oncle Tom, a qui il manque quand même une case, ne s'apperçoit de rien jusqu'aux 3/4 du film, et comme il tente d'empecher la mort de la grand-mère puis celle du copain George il se fait déglinguer la cafetiere lui aussi par... le véritable assassin! Noooon ? Siiiiiii! Sinon ce serait pas un véritable giallo!!! Je vous laisse apprécier à sa juste valeur la bande son, mélange de classique (Beethoven) et de moderne (Alessandro Molinari), qui souligne parfaitement le graphisme original des différents meurtres. Une curiosité assez peu connue à découvrir fissa-fissa!
Le fil existe en DVD

Partager cet article

Repost 0

commentaires